20 mots philosophiques à connaître


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


On entend souvent dire que la philosophie est trop complexe. C’est vrai. Mais c’est essentiellement lié au langage technique que les philosophes déploient (bon, certains philosophes, comme Heidegger ou Hegel, inventent des concepts, n’aidant pas beaucoup à les comprendre). Mais il ne revient qu’à vous d’appréhender les grands concepts.
Nous vous listons 20 termes techniques essentiels (que nous avons résumé en 2 lignes !) à comprendre.

Acte et puissance :

Dans la philosophie scolastique et chez Aristote en particulier, l’acte désigne l’état d’une chose qui est réellement, la puissance désignant elle l’état d’une chose qui peut être. Par exemple, la larve est un papillon en puissance.

Aliénation :

Terme de prime abord juridique, signifiant le transfert de propriété d’un bien. Chez Marx, l’aliénation désigne la perte d’identité du travailleur, dont le travail est approprié par le détenteur du capital.

Cogito :

Chez Descartes, le “je pense donc je suis” tient lieu de certitude et constitue la première vérité à laquelle accède l’homme, base sur laquelle il connaît Dieu et le monde.

Conatus :

Chez Spinoza, désigne la tendance de l’homme à “persévérer dans son son être”, autrement dit c’est le désir d’être et de continuer à vouloir des choses. L’homme est conatus.

Contrat social :

Chez Rousseau, le corps social renvoie à la constitution d’une communauté de volonté permettant à ses membres de s’associer dans une volonté générale.

Corps :

En philosophie, la question du corps est fondamentale. Les philosophes répondent aux questions suivantes :

  • le corps est-il séparé de l’âme ou ne font-ils qu’un ?
  • Peut-on distinguer le corps matériel du corps pour la conscience ?

Dasein :

L’être-là chez Heidegger. Plus simplement, il s’agit de la condition humaine.

Déterminisme :

Courant philosophique croyant en l’existence de la causalité comme facteur de déroulement des choses. Son pendant est l’existentialisme.

Empirisme :

L’emprisme est une théorie de la connaissance, pensant que la connaissance provient de l’expérience. Ainsi pour apprendre l’idée du chaud j’ai besoin de me brûler.

Éthique :

L’éthique ne doit pas être confondue avec la morale. L’éthique désigne les principes que l’on pose dans le rapport à soi-même (par exemple, ne pas se compromettre dans une situation délicate). La morale renvoie elle aux principes d’interaction, à autrui donc (par exemple, ne pas mentir ou mentir pour épargner autrui).

Idéalisme :

L’idéalisme n’est seulement une vision idyllique des choses. En philosophie, il s’agit d’un courant qui pose les idées comme prévalentes à la matière (à l’inverse du matérialisme donc). Dans sa forme la plus extrême, chez Berkeley notamment, l’idéaliste nie l’existence du monde extérieur, seules les représentations du sujet sont réelles.

Inconscient :

Chez Freud, l’inconscient désigne la plus grande part du psychisme et s’oppose à sa partie consciente. Divisé en 2 instances (le ça, le surmoi), l’inconscient est structuré par les instincts et l’intériorisation des normes sociales et parentales. C’est lui, selon Freud toujours, qui régi la quasi-intégralité des actions et penchants humains.

Métaphysique :

Littéralement, la méta-physique est ce qui succède à la physique (chez Aristote notamment). A partir des Modernes (Descartes, Leibniz, Kant), la métaphysique désigne la branche de la philosophie traitant de la nature de l’homme. Partant, elle se veut la branche mère de la philosophie, dont découle la morale, la politique, etc.

Monade :

La monade est un concept de Leibniz qui désigne toute substance simple douée de tendance et de perception. Toute conscience individuelle est une monade, car elle possède des désirs et un point de vue original sur le monde.

Ontologie :

Dans sa Métaphysique, Aristote a défini l’ontologie comme « la science de l’être en tant qu’être ». L’ontologie est la science de l’être ou l’étude des êtres en tant qu’ils existent. Plus précisément, l’ontologie se préoccupent de déterminer les catégories fondamentales de l’être.

Phénoménologie :

Cette théorie renvoie aux travaux de Husserl, qui a avant tout défini une méthode, celle d’un retour au concret (“aux choses mêmes” est l’injonction majeure de Husserl), afin de faire (enfin !) de la philosophie une science rigoureuse. Sartre, Heidegger, Lévinas ou encore Merleau-Ponty se réclament de cette méthode.

Dialectique :

Chez les Grecs, la dialectique est l’échange philosophique qui permet de découvrir les idées véritables. Plus tard, à partir de Hegel, la dialectique devient la méthode de compréhension du réel, permettant de faire de lien entre des éléments que l’on pense séparé (par exemple, la monarchie et la démocratie)

Scepticisme :

Il s’agit d’une démarche et d’une école philosophique. Est sceptique celui qui doute. De Dieu et du monde en général.

Sophisme :

Le sophisme est une technique oratoire, non pas basée sur l’argumentation et la recherche de la vérité, mais sur la recherche de l’adhésion collective, autrement dit il s’agit d’une pratique démagogique. Ainsi, Socrate s’est-il battu contre les sophistes grecs.

Transcendance :

La transcendance renvoie à ce qui nous dépasse. Ainsi, Dieu est transcendant (chez Descartes) au sens où ne peut connaître l’ensemble de ses pouvoirs. Chez Sartre, c’est autrui qui me transcende au sens où sa liberté m’échappe toujours.

Transcendantal :

C’est une méthode utilisée en métaphysique. Chez Kant, est transcendantale la réflexion portant sur les conditions de la connaissance des objets de la métaphysique (le temps et l’espace par exemple). Ne pas confondre donc avec la transcendance.

5 Responses

  1. Anonymous says:

    vérité

  2. Bien utile, les mots et les concepts sont des outils important pour comprendre, la liste ça simplifie, c’est pas mal pour commencer 😉

    Dans le même style moi j’ai fait 21 Metaphore philosophiques avec des images si certains veulent continuer leurs réflexions ;):
    guillaumedeloison.wordpress.com/2015/06/23/21-metaphores-philosophiques-complet/

  3. Que signifie cette citation “ce qui est rationnel est réel et ce qui est réel est rationnel. “

Leave a Reply