La conscience chez Freud


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


Freud, de la conscience à l’inconscient

Le titre de cet article est trompeur car Freud ne parle justement plus de conscience, au sens où Descartes ou Kant l’avait définie, mais de psychisme.

Chez Freud, la conscience n’est que la surface d’un iceberg entièrement immergé et constitué par le pouvoir de l’inconscient. La conscience n’est que “ce qui est connu de soi-même” : “il se passe dans le psychisme bien plus de choses qu’il ne peut s’en révéler à la conscience” (citation de Freud issue de Essai de Psychanalyse).

Nous avons déjà consacré un article aux 2 topiques crées par Freud (la première : préconscient/conscient/subconscient; et la seconde : ça/moi/surmoi), mais les deux ont en commun la déstructuration du sujet classique : le psychisme est n’est plus comme chez Descartes un livre dans lequel on se plonge, mais un jeu de forces opposées, un voile qui se dévoile tout en  se voilant, il est donc de nature conflictuelle.

En sus de l’opacité du sujet, la conscience chez Freud est dominée par des forces pulsionnelles, faisant de l’ontologie de Freud une ontologie déterministe où l’homme se trouve aux prises avec une force qui le transcende. Les pulsions rendent l’homme passif, alors que Descartes et les philosophes classiques faisait de la conscience un pouvoir actif. En affirmant que les pulsions sont “la cause de toute activité” (Abrégé de Psychanalyse), Freud récuse l’ensemble de la philosophie du sujet. Kant, par exemple, admettait l’existence des passions mais selon lui la morale et la dignité du sujet devaient l’arracher à succomber à ses passions. Chez Freud, l’homme est tout entier passion, pulsion de vie, ce qui revient chez les classiques à cesser d’être homme, au sens plein du terme. Freud n’est certes pas philosophe, il ne préconise rien, il constate que la sublimation est par exemple le seul moyen d’objectiver ses pulsions.

En résumé, le sujet freudien est un sujet aliéné. On peut se demander en quoi la thérapeutique de la psychanalyse peut l’aider à se réapproprier. 

Extrait des Essais de psychanalyse

Pour éclairer notre analyse, voici un extrait des Essais de psychanalyse de Freud :

“La division du psychique en une psychique conscient et un psychisme inconscient constitue la prémisse fondamentale de la psychanalyse, sans laquelle elle serait incapable de comprendre les processus pathologiques, aussi fréquents que graves, de la vie psychique et de les faire entrer dans le cadre de la science. […] Si je pouvais avoir l’illusion que tous ceux qui s’intéressent à la psychologie lisent cet essai, je m’attendrais certainement à ce que plus d’un lecteur, choqué par la place modeste que j’accorde à la conscience, me faussât compagnie dès cette première page et se refusât à poursuivre la lecture. […] Etre conscient est avant tout une expression purement descriptive et se rapporte à la perception la plus immédiate et la plus certaine. Mais l’expérience nous montre qu’un élément psychique, une représentation par exemple, n’est jamais conscient d’une façon permanente. Ce qui caractérise plutôt les éléments psychiques, c’est la disparition rapide de leur état conscient.”

5 Responses

  1. mandela says:

    Bien vouloir considere cet article

  2. amagana saye says:

    conception de passion chez freud

24/04/2012

[…] – La conscience cez Freud […]

  • 14/10/2012

    […] a exploré le continent  de l’inconscient, encore mal connu à la fin du XIXème siècle et à l’aube du XXe. Il a conçu l’inconscient […]

  • 17/12/2012

    […] Freud et la conscience […]

    Leave a Reply