La conscience chez Jean Paul Sartre

La théorie sartienne de la conscience

Cogito cartésien et intentionnalité sartrienne :

Dans l’Etre et le Néant, Sartre tente de repenser le cogito cartésien : conscience et liberté ne font qu’une selon le philosophe normalien. Ainsi, contre Descartes et son “Je pense donc je suis“, Sartre pose la thèse suivante : “Je suis, j’existe”. Autrement dit il affirme que la pensée elle-même suppose l’existence qui reste première. L’homme est avant tout sujet, une sorte d’existence impersonnelle, une “existence sans existant”.

Selon l’existentialiste, les actes et les états de la conscience n’ont besoin d’aucun fondement pour exister : le “je” n’existe pas, il est une fiction inventée par les philosophes. La vie psychique, spontanée et irréfléchie (= le cogito pré-réflexif) a ses propres actes.

Par exemple, je ne pense pas “je suis en train de courir après le métro quand je me précipite pour l’attraper” : il n’y a en réalité pas de “je”, car je suis “conscience du métro devant être rattrapé”. Ici, on voit clairement l’influence de la lecture husserlienne de Descartes : “Toute conscience est conscience de quelque chose”.

La conscience, chez Sartre, fait le sens de la vie psychique. Ainsi, dans sa Théorie des émotions, ces dernières sont des conduites magiques qui transforme une délicate pour nous. L’évanouissement, la fuite, ne changent pas une situation objective.

“Etre, c’est éclater dans le monde”

La conscience est toujours dirigée vers l’extérieur, la conscience n’a pas de dedans, il n’y a pas de vie intérieure. Ceci rompt avec la conception classique de l’introspection socratique : la découverte de soi ne se fait pas la quête en soi-même, mais par le monde, dans le monde, par l’immersion dans le monde : “Etre, c’est éclater dans le monde”. La conscience, autrement dit, est une ek-stase, elle est multiple, changeante et ne suppose aucune unité fondatrice.

Les livres de notre partenaire

les mains sales
Jean-Paul Sartre : L’existentialisme est un humanisme
Acheter ce livre

 

2 Responses to La conscience chez Jean Paul Sartre

  1. [...] La conscience humaine, selon Sartre, est pouvoir de néantisation et liberté : elle s’oppose en tout point à l’en-soi, l’être plein, massif et opaque des choses. Ainsi, condamné à une liberté absolue, l’homme doit-il inventer son chemin. [...]

  2. [...] la Nausée est le risque permanent de la conscience chez Sartre, un pétrin dans lequel elle peut se laisser prendre. Pour autant, la Nausée est un point de [...]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>