Le journaliste et le politique

journalisme démocratie sarkozy

Geraldine Muhlmann

Lecture de l œuvre “Du journalisme en démocratie” par Géraldine Muhlmann.

Je voudrais vous faire part de l’enthousiasme qu’a suscité chez moi cet ouvrage datant de 2005. L’originalité de son approche, la multiplicité des références, et la cohérence de la pensée en font un texte solide pour qui veut se faire une idée de ce que peut être le journalisme dans une démocratie moderne.

Le journalisme en tension

Le débat sur le pluralisme est connu: des médias trop concentrés nuisent à la diversité des points de vues. Cependant, comme le rappelle Muhlmann, , le journalisme se trouve dans une tension, celle de l’intégration, c’est-à-dire de l’homogénéisation, et de la diversité, autrement dit de la conflictualité. Car d’un côté, si le journalisme ne produit que de l’identité, alors le public, caractérisé par la diversité des intérêts et l’usage public de la raison, se transforme en « masse », en ensemble monolithique dépourvu de pluralisme. De l’autre, si la presse n’invite qu’au conflit, le public se désintègre du fait de l’absence de commun. Le journalisme doit donc s’adresser au public en tant que « rassemblement conflictuel » , c’est-à-dire entretenir à la fois son unité et sa diversité. Comment ce journalisme doit-il s’incarner concrètement ?

“News et stories”

G. Muhlmann établit une dichotomie, sur la base des travaux de l’Ecole de Chicago, entre deux types de contenus journalistiques, à savoir les « news » et les « stories ». Les premières désignent les informations proprement dites, elles délivrent un savoir et suggèrent une interprétation de la part de du public, interprétation qui sera le fondement des conflits entre plusieurs individus. Les « stories », elles, répondent à la volonté de divertissement et à la curiosité du public, et donnent d’emblée le sens. Le véritable journalisme réside dans le primat donné aux « news » sur les « stories », bien que ces dernières aient un rôle essentiel dans le maintien d’un public. En effet, elles ont une fonction intégrative car elles intéressent les individus à la communauté démocratique. Mais elles ne peuvent être considérées à part entière comme du journalisme car elles tendent à gommer la différence entre le réel et la fiction et détruisent en cela la recherche d’objectivité (au sens d’objets communs) de l’écriture journalistique. Alors que les « news » conservent la pluralité et invitent à agir. Le journalisme, en tant qu’idéal-type, doit donc être balisé. La limite à ne pas franchir, selon G. Muhlmann, est le respect de la véracité des faits, seul capable de permettre au journalisme d’être un chemin vers l’action du public. La presse apparaît non plus comme une instance qui lisserait les conflits, mais au contraire les stimulerait.
Par conséquent, le journalisme comme rassemblement conflictuel désigne également la tension constitutive de la démocratie, qui réside dans la réconciliation de l’irréconciliable, l’homogène et le divers . Ce journalisme, en sus d’être une institution au service du public, est véritablement démocratique en ce qu’il laisse une chance aux conflits de s’exprimer. La défense du journalisme est d’autant plus importante aujourd’hui, selon elle, car il a été délégué à la presse la fonction de regarder le pouvoir : « c’est au journalisme que revient de voir et de faire voir à tous ».
Donner un sens aux conflits, leur donner une expression, orchestrer l’espace des opinions, être le relais permettant au public de contrôler le pouvoir, telles sont, selon elle, les missions du journalisme moderne.

Qu’est-ce qu’un journaliste ?

Cette conception du journalisme sauve à la fois de l’angélisme, qui prône un pluralisme et une objectivité naïves, mais aussi du désespoir, qui condamne à ne voir dans le journaliste qu’un manipulateur lui-même manipulé par les puissances de l’argent.
Un bémol cependant : Muhlmann ne répond pas à la question : quel est le pouvoir des journalistes ? Influence, manipulation, désinformation ? On aurait aimé une piste …

One Response to Le journaliste et le politique

  1. Anonymous says:

    le journalisme et le politique sont fait pour s'opposer.Les journalistes doivent défendre le public, le représenter, au lieu d'être complices des politiques

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>