Marx et le Prolétariat


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


proletariat

Le prolétariat chez Marx, une classe universelle :

Avant de définir le prolétariat et son importance chez Karl Marx, voyons comment cette classe apparaît dans l’histoire selon le philosophe allemand.

C’est la division du travail, censée répartir équitablement le travail, qui crée une première accumulation de richesses chez quelques uns. L’appropriation progressive exclut le plus grand nombre, deux classes se forment peu à peu: les possédants, propriétaires des moyens de production, et les prolétaires, qui n’ont que leur force de travail à vendre aux capitalistes. L’avènement de cette société bourgeoise est grosse de contradictions : la masse face à quelques individus, la propriété face à la dépossession généralisée, l’abondance face au dénuement et à la précarité. Les contradictions sont telles que la situation devient explosive entre ces deux classes irréconciliables.

Ce point de l’histoire, selon Marx, est le début de l’histoire, ou plutôt la fin de la préhistoire humaine. En effet, ce sont ces contradictions internes au capitalisme qui causeront sa perte (par la baisse inéluctable des gains de productivité selon Marx, ce sur quoi l’histoire lui a donné tort). Le retournement, c’est-à-dire le passage d’une société bourgeoise au communisme, est imminent.

L’avènement du communisme chez Marx :

Le prolétariat est une classe universelle (c’est la raison pour laquelle Marx croyait à l’internationalisme). L’imminence de la transformation révolutionnaire et du communisme repose sur une parfaite coïncidence de l’universalisation des échanges et d’une classe qui n’a aucun intérêt particulier à défendre. Privé de tout statut comme de toute propriété, le prolétaire les possède virtuellement toutes. N’existant pratiquement plus pour lui-même, il existe virtuellement pour tous autres hommes. Le communisme signifie appropriation universelle, réalisation des individus.

Une telle réappropriation ne peut donc avoir lieu pour chacun que si elle a lieu pour tous. Mais ceci ne signifie pas restriction de liberté. Le communisme marxien rend effective la liberté :

A la place de l’ancienne société civile-bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classe, surgit une association où le libre développement de chacun est le libre développement de tous

3 Responses

  1. J’aime lire les philosophes

  2. Karl Marx says:

    Bon d’accord j’avoue, ma vision communiste est fausse

  1. 11/05/2012

    […] Marx et le prolétariat […]

Leave a Reply