La sympathie chez Scheler

scheler

Scheler, le personalisme éthique

Max Scheler est un philosophe allemand de la fin du XIXè siècle. Il est un représentant important de la phénoménologie, dont il étendit les analyses à l’ordre des sentiments, à la fois éthiques et religieux.

Ses oeuvres principales sont :

Le formalisme en éthique

Nature et formes de la sympathie

L’homme du ressentiment

Scheler a développé dans ces oeuvres une philosophie personaliste très concrète : la personne est un “centre d’actes irréductible à toute activité particulière où elle se manifeste“.

Il a associé à ce personalisme une théorie assez abstraite des valeurs comme essences éternelles, distinctes et immuables.

La morale de la sympathie :

Reprenant la conception de St Augustin selon lequel “on ne connaît personnel sinon par l’amitié”, Scheler a fondé sa morale sur la sympathie. La sympathie suppose deux autres sentiments : l’égalité et la bienveillance.

Selon lui, la sympathie ne consiste pas à “éprouver” le même état qu’autrui, mais à “comprendre” l’état d’autrui : on comprend la douleur d’autrui même sans y participer. En somme, la sympathie est une compréhension, une intelligence du sentiment, et non une participation :

Je puis fort bien comprendre l’angoisse mortelle d’un homme qui se noie sans pour cela éprouver rien qui ressemble même de loin à une angoisse mortelle“.

Scheler ajoute à cela une couche phénoménologique, reprenant la concept d’intuition développé par Husserl :

Toute sympathie implique l’intention de ressentir la joie ou la souffrance qu’accompagne les faits psychiques d’autrui

La communication avec autrui, chez Scheler, s’effectue sur un mode direct, intuitif et extra-rationnel.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *