Métaphysique et Philosophie


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


Le terme métaphysique provient du grec “meta”, qui veut dire “après”, et “physis”, qui signifie nature. Donc littéralement, la métaphysique vient après la physique, au sens chronologique.

Sens antique de la méta-physique

La métaphysique, chez les Grecs, désigne la connaissance des causes première et des principes des choses. C’est pourquoi jusqu’à Kant et la Critique de la Raison Pure, le problème majeur de la métaphysique est celui de l’existence de Dieu et de sa nature.

Au moyen-âge, la métaphysique scolastique se présente explicitement comme la servante de la théologie. Mais à partir de la Renaissance, époque marqué par la naissance des sciences modernes, le problème de la métaphysique devient celui de l’existence du monde extérieur. De Descartes à Kant, la métaphysique cherche à comprendre comment les créations de notre esprit peuvent s’appliquer à notre monde.

La métaphysique moderne :

La métaphysique moderne, dont Fichte est l’initiateur, se recentre sur l’homme. Elle ne traite pas seulement de l’homme en tant que sujet connaissant, mais comme sujet agissant, engagé dans le monde et dans l’histoire humaine. Le problème de l’homme est donc à la fois celui de sa nature profonde (métaphysique de l’existence), celui de ses relations avec autrui (éthique, philosophie de l’intersubjectivité), et celui du sens de l’histoire (historicité). Heidegger, dans Etre et Temps, est le représentant moderne de cette nouvelle approche de la métaphysique.

 

 

2 Responses

  1. Maman Nouri says:

    qu’est ce qui caracterise les faux sages?

  1. 31/10/2012

    […] Heidegger : “Le néant est la négation radicale de la totalité de l’existant” (Qu’est-ce que la métaphysique ?) […]

Leave a Reply