Category: Recherches

ENGAGEMENT 0

[Revue] L’Engagement, ni militant, ni syndical, ni partisan (G. Plaisance)

Dans cet ouvrage, Guillaume Plaisance, jeune auteur étudiant à Sciences-Po Bordeaux, tente de renouveller un thème fort de la science politique traditionnelle : l’engagement. Il pose le constat de la fin des engagements traditionnels, celui des partis, des syndicats et autres structures “lourdes”, au profit des structures plus légères (associatif, numérique), reflet...

0

Analyse de La vengeance du pardon (Eric-Emmanuel Schmitt)

A quel moment, nous aussi, pourrions-nous devenir l’un de ces personnages ? Avec son génie bien connu, Eric-Emmanuel Schmitt vient mettre à mal notre conception habituelle du pardon. Quatre nouvelles, quatre visions du monde, et surtout quatre coups portés à nos idées reçues. Après sa nuit de feu qui fait vibrer le lecteur...

0

Comment la philosophie s’empare des nouvelles technologies

De nouveaux acteurs : Brenifier / Cespedes Depuis la rentrée 2016, deux philosophes parisiens se sont emparés des outils numériques pour mettre en place leur pratique. Oscar Brenifier et Vincent Cespedes. Le premier est écrivain et philosophe. Il a lancé sur la plate-forme Zoom de Google Hangouts des ateliers philosophiques, un contact visuel...

0

De quoi la novlangue est-elle le nom? Petit précis de néolibéralisme (Tribune)

Introduction « Rien n’interdit cependant, précisément parce qu’il est total, d’appeler totalitaire le projet néolibéral de la possession des intériorités ». Cette phrase de l’économiste et philosophe Frédéric Lordon traduit l’agressivité de l’économie capitaliste lorsqu’elle revêt les habits du néolibéralisme. Si le libéralisme consiste simplement en l’instauration du marché comme mode de fonctionnement...

0

Nietzsche: Le mythe du Moi rationnel

« La conscience est une évolution dernière et tardive  du système organique ». Les philosophes ont crée un dualisme au cœur même de l’individu. La logique a posé une dichotomie entre apparence et essence, corps et esprit. Ils ont défini le sujet et l’ont réduit à la seule Raison et au rôle unique de...

0

Internet, dynamite ou ciment du lien social ?

Le culte de la vitesse est célébré avec une ferveur croissante dans nos sociétés, en liaison avec ces autres veaux d’or que sont la performance, la gloire, la consommation ou la rentabilité. C’est ainsi qu’Etienne Klein, physicien au prestigieux Commissariat à l’Energie Atomique, débutait son article « De la vitesse comme doublure du...

0

Nietzsche et Socrate le “décadent”

Dans le chaos, l’homme est soumis à une perpétuelle interprétation. Etre, c’est exister et exister, c’est évaluer. Pour l’homme grec, sa souffrance est justifiée comme spectacle pour les Dieux. Avec Socrate, il n’en va plus de même. L’homme grec ne voit plus la souffrance sous l’angle esthétique et sombre dans un pessimisme...

0

Nietzsche et la Volonté de Puissance

Nietzsche : la démystification de l’idéal par la volonté de puissance L’idéal, un éternel ailleurs, un éternel autrement que l’on érige comme concept, incarnation de l’Idée, comme monde intelligible. Il devient une projection de l’Etre, un au-delà sacralisé. Et Nietzsche part à la recherche de la « ténébreuse usine » qui fabrique les idéaux. Pour...

0

Le contrôle des mots dans 1984 d’Orwell

“Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde” (Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus) “On ne commande pas aux âmes comme aux langues”, affirme Spinoza. C’est le langage qui définit une société et crée la cohésion au sein d’un peuple. Contrôler le langage est l’apanage de l’État, que ce soit un...

0

Pourquoi les philosophes ne gouverneront plus

« Je laisse chacun vivre selon sa complexion, et je consens que ceux qui le veulent, meurent pour ce qu’ils croient être leur bien, pourvu qu’il me soit permis à moi de vivre pour la vérité ». Spinoza, Lettre XXX à Oldenburg,1685. « Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à...

0

Egon Schiele : le corps impudique

Acérés, à couper au couteau, anguleux, tels sont les contours des corps dans l’œuvre d’Egon Schiele. Les rondeurs, lorsqu’elles sont apparentes sont molles, voire flasques et en même temps ramassées, contractées, concentrées parce que le corps n’est pas recherché pour ce qu’il a d’esthétique mais de pulsionnel. Tout est spasmes, convulsions, aigu...