1984 de Orwell (Analyse)

1984 orwell

1984 est un roman philosophique et d’anticipation publié en 1949, dans lequel Orwell dessine un monde totalitaire dans lequel les idéologies ont triomphé de l’individu.

Résumé de 1984 de George Orwell

L’histoire se passe à Londres en 1984. Le monde est divisé en trois grandes ères géopolitiques en guerre : l’Eurasia et l’Estasia, tous trois totalitaires, dirigés par des partis communistes qui se voulaient au départ être des agents de libération du prolétariat. Le personnage principal, Winston Smith, travaille au Ministère de la Vérité, où il révise l’histoire pour la rendre adéquate à la version du Parti. Smith est un donc personnage lucide sur les manipulations opérées par le Parti, mais il dissimule ses opinions.

Smith décrit la société qui l’entoure : la délation généralisée, la négation du sexe et de toute sensualité, la police de la pensée et de la langue, et surtout la surveillance de Big Brother, un système de caméra, réduisent l’individu à néant et l’isolent. Mais la rencontre avec une jeune femme, Julia, le pousse à transgresser les règles du parti : ils font l’amour et rêvent à un soulèvement de la population. Trahi par un de leurs « amis » (O’ Brien), ils sont arrêtés, torturés et rééduqués. La victoire du Parti sur Smith est totale puisqu’il reniera Julia.

Analyse de 1984 de George Orwell

1984 est un roman politique dirigés contre les régimes communistes naissants au début des années 50, et à destination des lecteurs de l’Ouest.

Dans 1984, Orwell dépeint une société totalitaire absolie, la réalisation la plus extrême qu’on puisse imaginer d’un gouvernement moderne. Le titre du roman indique qu’Orwell voit une possibilité historique l’avènement d’un tel monde.

La technique est vue comme symbole de la domination politique, notamment au service de la manipulation psychologique. Big Brother est introduit dans chaque maison et appartement : spéhère publique et privée sont ainsi fusionnées. Les enfants sont élevés pour espionner et dénoncer leurs parents et la sexualité est reprimée car le désir est vu comme un témoignage de l’individualité. En sus de la manipulation mentale, le Parti exerce un contrôle physique de la population : même un tic facial peut provoquer une arrestation. Les individus effectuent tous un travail harassant pour maintenir la population dans un état de fatigue extrême, ce qui accroît leur niveau d’obéissance. La torture est également une pratique généralisée, signe que le corps appartient à l’Etat. L’histoire, de même, est contrôlée puisque le Parti réécrit les archives.

Conclusion sur 1984 : Le Totalitarisme rampant de nos sociétés

1984 est donc un roman dont la teneur philosophique est évidente : ses thèmes (subjectivité, Etat, rapport public/privé, désir, médias, …) sont traités de manière à faire réfléchir l’Américain de 1949 sur les dangers et les potentialités de régimes aux dérives totalitaires.

 

You may also like...

8 Responses

  1. En 2007, Margaret Atwood signe l’introduction de « Brave New World » d’Huxley où elle parle d’un totalitarisme plus doux, d’un conformisme atteint par persuasion hypnotique plutôt que par la pure brutalité de la vision d’Orwell dans son chef-d’œuvre, 1984. Elle considère ces deux livres comme des livres visionnaires du vingtième siècle. Dans celui d’Orwell, ce qui m’intéresse surtout c’est de la manière dont la mémoire collective est façonnée quotidiennement, chose que je constate existe insidieusement aujourd’hui! Beaucoup plus subtilement, bien entendu, mais tout de même c’est actuel. Aussi, avec l’internet et le clavardage, autant que par souci d’être de son temps (à la mode), la Novlangue prend de plus en plus racine dans les mœurs populaires. Également, avec l’introduction des projets de loi pour espionner nos communications, internet et autres, sous le couvert de la protection du copyright, de la chasse aux pédophiles, aux terroristes, il s’agit en réalité de la gestation du fœtus de l’éventuel Big Brother. Garde à nous!

  2. kelleur says:

    à voir Brasil de Terry Gilliam ou la seul évasion possible est l’imagination (le rève ).
    ” Garde à nous!”…Je pense que nous sommes au delà
    de 1984 ,B.Bro n’a plus aucun besoin de nous observer par exemple .
    Cdlt.

  3. taratata says:

    Pour peu qu’on y pense et pour ceux qui sont un peu au courant de l’actualité, quand on voit la pression exercée par le gouvernement britannique en ce moment sur le journal du Guardian pour effacer les documents liés à l’affaire Snowden (scandale des affaires d’espionnages du NSA aux USA) l’oeuvre d’Orwell est à chaque fois plus d’actualité.

  4. anal says:

    coucou ! 😀

  5. caca says:

    caca pipi popo

  6. Camélia says:

    Bonjour, je viens de terminer la lecture de 1984 et je voudrais comprendre quel lien ça a avec le Parti travailliste anglais ( j’ai lu dans une revu quelque chose du genre ) . éclairez moi svp ou si je me trompe , qu’il n’y a aucun liens dites le moi svp
    Merci

  1. 28/05/2014

    […] 1984 est un roman philosophique et d’anticipation publié en 1949, dans lequel Orwell dessine un monde totalitaire dans lequel les idéologies ont triomphé de l’individu. Un Bon Article—>http://la-philosophie.com/1984-orwell-analyse […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *