La philosophie de Gaston Bachelard

bachelard

La philosophie de Gaston Bachelard : Imagination, Science et Poésie

Le philosophe français Gaston Bachelard a travaillé sur deux thèmes principaux : la philosophie des sciences et l’imagination. Bachelard, philosophe sur le tard puisqu’il était postier une grande partie de sa vie, est à la fois le théoricien de la science moderne, et le philosophe de l’attitude poétique.

Bachelard a procédé à une analyse des conditions de la connaissance scientifique, cette difficile conquête contre l’esprit lui-même et les obstacles qui lui sont inhérents.

La Philosophie de l’esprit scientifique et Bachelard :

Selon Bachelard, le savoir ne progresse pas de manière continue. Il connaît des ruptures méthodologiques, changements de méthodes et de concepts à l’intérieur d’une science – des coupures épistémologiques (l’américain Thomas Kuhn reprendra à son compte cette thèse, montrant le relativisme des connaissances scientifiques et de la notion de vérité en général, comme en témoigne le concept de paradigme scientifique).

Ainsi peut-on mettre en évidence trois périodes selon Bachelard :

– l’époque préscientifique : allant jusqu’au 18ème siècle

– l’époque scientifique : du 18ème au début du 20ème siècle

– l’époque du nouvel esprit scientifique : à partir de 1905, autrement dit en relation avec la théorie de la relativité d’Einstein, caractérisé par son abstraction croissante et son sens de la complexité.

A chaque fois, entre ces époques, se manifeste une rupture épistémologique. Comment peut-on rompre avec l’état actuel des connaissances ? Grâce aux obstacles épistémologiques, entraves inhérentes au savoir lui-même. Ainsi la spontanéité immédiate et les données inconscientes constituent-elles autant d’obstacles qu’il nous faut déchiffrer et psychanalyser. Une psychanalyse de l’esprit scientifique est nécessaire dépister les valeurs inconscientes inscrites dans le savoir.

La conséquence pour l’ensemble de la philosophie est majeure : la raison n’est plus vue comme absolu, mais relative, comme une activité plastique permettant de distinguer le vrai du faux, tout simplement, et non plus comme la source de vérité universelle et éternelle.

Bachelard et l’imaginaire :

Imaginer, ce n’est pas percevoir. Bien au contraire, ce sont deux activités opposées. Imaginer, c’est mettre le réel à distance, s’absenter. Percevoir, c’est se faire proche du réel, absorber le monde.

Aussi faut-il distinguer deux types d’imagination : l’imaginaire créatif et l’imaginaire reproductif. Le premier désigne la faculté de déformer les images fournies par la perception, de manière à se dépasser vers l’imaginaire, qui transcende toute réalité donnée.

 Oeuvres majeures de Gaston Bachelard :

– Le Nouvel Esprit scientifique

– La formation de l’esprit scientifique

– La philosophie du Non

– La psychanalyse du Feu

– L’Eau et les Rêves

You may also like...

1 Response

  1. minamona says:

    j aime vraiment ce livre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *