Bienvenue à Gattaca (Analyse)

Gattaca-1997_opt

Andrew Niccol nous a habitué aux films “intelligents”, de The Truman Show (1998) à Simone (2002) en passant par Lord of War (2005). En 1997 déjà, son premier film fait sensation : Bienvenue à Gattaca réussit le pari de traiter de l’eugénisme au cinéma, soit l’un des problèmes bioéthiques les plus épineux.

Personnages Principaux :

Vincent / Jerome (Ethan Hawke), Eugene (Jude Law, le vrai Jérôme), Irene (Uma Thurman), Josef (directeur du Centre), Hugo (Alan Arkin, le détective).

Résumé du film

Dans un futur proche, la société est divisée en deux : une sous-classe, résultante de naissances naturelles, et une classe dominante, dans laquelle les individus sont nés génétiquement modifiés. Le héros, Vincent, est le produit de la reproduction naturelle et souffre d’une insuffisance cardiaque, lui laissant une espérance de vie de 30 ans. Vincent défie son destin et entre sous une fausse identité à Bienvenue à Gattaca, un programme d’entraînement destiné aux astronautes en vue d’une mission spatiale. Vincent emprunte l’identité génétique d’un athlète paralysé (Jérôme). Lorsque l’un des superviseurs de Gattaca est assassiné, les enquêteurs découvrent la présence de l’ADN réel de Vincent. Il devient suspect et fait tout pour continuer à agir masqué. L’assassin est finalement rattrapé, Vincent dépasse l’âge de 30 ans et parvient à réaliser son rêve d’astronaute.

Analyse du film

Bienvenue à Gattaca pose deux questions morales distinctes :

  • est-il moral de modifier la nature humaine ?
  • peut-on agir contre nos prédispositions biologiques ?

Une des scènes les plus importantes du film est celle où les parents de Jérôme discutent de leur deuxième enfant avec un généticien :

  • Le scientifique : “J’ai pris la liberté de supprimer toutes les conditions potentiellement préjudiciables, la calvitie, la myopie, l’alcoolisme, la propension à la violence et l’obésité“.
  • Le père : “Nous nous demandions si nous devrions laisser certaines choses au hasard.
  • Le scientifique : “Vous voulez donner à votre enfant le meilleur départ possible. Croyez-moi, nous avons assez d’imperfection comme cela. Votre enfant n’a pas besoin de tare supplémentaire. Pour 5 000 dollars de plus, nous pouvons ajouter le don musical ou mathématique.

Sur la question de l’eugénisme, c’est le philosophe allemand Jürgen Habermas, dans l’Avenir de la Nature Humaine, qui a formulé la principale critique à toute modification génétique de la naissance (ce qu’il nomme anthropotechnique). Choisir la naissance, c’est retirer à l’homme sa capacité à s’auto-déterminer, c’est lui retirer sa liberté, bref son humanité. Ce dialogue entre le directeur de Gattaca et l’enquêteur reflète ce point de vue :

  • Directeur Josef: “Nous devons nous assurer que les individus respectent leur potentiel.”
  • L’Enquêteur: “Et pas le dépasser?
  • Directeur Josef: “Nul ne dépasse son potentiel.”
  • L’Enquêteur: “Et s’il le fait?
  • Directeur Josef: “Cela signifie que nous avons fait une erreur

Le directeur Josef représente le déterminisme, il ne peut admettre la dimension de hasard, la part immarcescible de liberté. Le message du film est que les individus peuvent s’élever au-dessus de leurs prédispositions génétiques, quelles soient physiques ou psychologiques. Ultime réfutation de l’approche déterministe, la révélation de la culpabilité du directeur Josef achève de montrer l’inanité de cette théorie, lui dont le profil génétique ne montrait “aucune violence”. Même programmé, l’homme n’échappe jamais à sa liberté, il est “condamné à être libre” comme l’affirme Sartre.

Au final, nous conseillons ce film dans la mesure où il donne une lecture classique mais intelligente des débats nature/culture et déterminisme/libre arbitre dans le contexte brûlant du génie génétique. Sous les dehors d’un simple film de science-fiction, Andrew Niccol a le mérite de populariser la question des limites à donner à la science par l’éthique.

Pensez-vous que la science puisse aller jusque-là ? Quels autres problèmes philosophiques cela poserait-il ?

Scène finale du film :

Alternative sur le sujet : Minority Report

You may also like...

1 Response

  1. adbramane samake says:

    Jaime aprend la philosophie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *