Freud: le ça, le moi et le surmoi

freud moi

La topique freudienne du ça, du moi et du surmoi :

La révolution opérée par Freud est assez simple : la théorie psychanalytique consiste à détruire, à désintégrer le sujet humain, tel que Descartes puis Kant l’avaient défini, sujet défini comme être doté d’une faculté de représentation, à savoir la Conscience. La conscience dans la philosophie classique était une et unique, d’un seul bloc, sans faille. Freud introduit justement une faille au sein même du sujet humain.

Freud a élaboré deux théories de l’inconscient : La première topique se divisait en trois parties (conscient, préconscient, inconscient) mais Freud a vite compris les limites de cette conception.

Il a donc crée une seconde topique (en 1923), bâtie sur le triptyque ça, surmoi, moi. C’est cette seconde topique qui marque le plus profondément la scission avec la philosophie classique. Freud définit en effet trois instances présentes en l’homme, lesquelles régissent ses comportements, à la fois conscients et inconscients.

Freud et le ça :

[ad#ad-5]

Voici comment Freud décrit le ça:

C’est la partie la plus obscure, la plus impénétrable de notre personnalité. [Lieu de] Chaos, marmite pleine d’émotions bouillonnantes. Il s’emplit d’énergie, à partir des pulsions, mais sans témoigner d’aucune organisation, d’aucune volonté générale; il tend seulement à satisfaire les besoins pulsionnels, en se conformant au principe de plaisir. Le ça ne connaît et ne supporte pas la contradiction. On y trouve aucun signe d’écoulement du temps(phrases de Freud)

Le ça désigne la part la plus inconsciente de l’homme, c’est le réservoir des instincts humains, le réceptacle des désirs inavoués et refoulés au plus profond. Ces besoins pulsionnels ont besoin d’être canalisés, notamment via la sublimation (qui consiste à réaliser de manière détournée un désir pulsionnel). L’exemple donné par Freud est l’artiste sublimant ses pulsions via l’art.

Freud et le Surmoi :

Le Surmoi représente une intériorisation des interdits parentaux, une puissance interdictrice  dont le Moi est obligé de tenir compte. L’être humain subit, en effet, durant son enfance, une longue dépendance qu’exprime le Surmoi. Le surmoi est cette voix en nous qui dit “il ne faut pas”, une sorte de loi morale qui agit sur nous sans comprendre son origine.

Freud et le moi :

Le Moi désigne la partie de la personnalité assurant les fonctions conscientes :

Le moi a pour mission d’être le représentant de ce monde aux yeux du ça et pour le plus grand bien de ce dernier. En effet, le moi, sans le ça, aspirant aveuglément aux satisfactions instinctuelles, viendrait imprudemment se briser contre cette force extérieure plus puissante que lui. Le moi détrône le principe de plaisir, qui, dans le ça, domine de la façon la plus aboslue. Il l’a remplacé par le principe de réalité plus propre à assurer sécurité et réussite.”

Le moi assure la stabilité du sujet, en l’empêchant au quotidien de libérer ses pulsions.

Résumé de la théorie de Freud sur le ça, le moi et le Surmoi :

Chez Freud, le moi correspond à la partie défensive de notre personnalité, il est considéré comme la plus consciente. Il tente grâce à un rôle de médiateur de répondre aux intérêts respectifs du ça, du surmoi et du monde extérieur afin de trouver un certain équilibre. Le Moi est une “pauvre créature, devant servir trois maîtres». En effet, le moi doit supporter la menace provenant du monde extérieur, du ça et du surmoi. Le ça est le «lieu» d’où proviennent les pulsions, il répond principalement au domaine de l’instinctif et de l’inconscient. De plus, le ça, dans l’Interprétation des Rêves notamment, ne connaît aucune règle, ni de temps ni d’espace, ni d’interdit ; il est seulement régi par sa libido, c’est à dire l’énergie psychique souvent liée à la sexualité ou à l’agressivité, dans le but final d’atteindre le plaisir immédiat. Enfin, le surmoi représente l’agent critique, l’intériorisation des interdits et les exigences parentales, sociales et culturelles. Il est en partie inconscient, et se forme durant l’enfance et l’adolescence.

4.1 (82.22%) 27 votes

49 Comments

  • Pingback: Le pouvoir de l’inconscient | World Citizen
  • Pingback: Citations de Freud
  • La critique de cette seconde topique sur le ca, le moi et le surmoi n’a pas assez été faite. Relisez Crépuscule d’une idole de Ondray sur l’escroc Freud

    • j’attends de l’escroc Onfray qu’il etablisse une theorie solide construite et applicable

      • Imagine que le moi c’est toi, ta conscience, ton corps. Le Ca c’est de petit demon sur ton epaule et le surmoi l’ange

        • Pas tout à fait
          Je dirais que le moi est bienta conscience, le maître des décisions qui mets en relations le ça et le surmoi
          Le ça represente tes désirs, tes pulsions, ton intuition, tes envies mêmes inconscientes. Qui ne sont pas mauvaises mais juste toi
          Le
          Surmoi represente ta raison, tes peurs, tes interdits, ce que l on t a appris depuis l enfance.
          Et le moi est celui qui décide quand il le peut bien entendu, d écouter le ça ou le surmoi ! Ou les 2 s il arrive à les concilier !

    • Comme spinoza la suggére “l’homme nest pas seulement un esprit mais,il est et a un corps soumis à des désirs qu’il ne connait ni ne maitrise.” on peut dire que lhomme H est obscur à lui même et déposé de lui même. Ce qui explique “l’inconscient”

    • Le mot “inconscient” d’origine freudienne existe, parcequ’il existe egalement une excuse.En effet,s’excuser veut dire prendre conscience d’un acte qu’on a commit inconsciemment.Freud a remarqué que l’homme pose parfois certains actes qui vont à l’encotre de son gré d’où l’existence du mot “inconscient” cette idéologie est aussi soutenue par certains penseurs à l’instar de Roger Ebacher qui stipule que:<>

  • Sylvain, pour ma part il me semble que l’inconscient provient de notre côté animale c’est à dire notre côté non réfléchie ou bien lorsque nous sommes face à un choix et que notre morale s’impose et que nous pesions le pour et le contre et que nous réfléchissons, je pense que la pulsions du désir prend le dessus de nous même et nous agissons tel un animale qui n’a pas de moralité et qui agit seulement par son désir

  • Merci beaucoup pour ce résumé qui m’a bien aidé a faire le rangement des 3 ! Car dans mon cours, les termes employés sont beaucoup plus complexes..

  • on ne peut rien n’écrire de long sur vos commentaires tout s’efface immédiatement ! idiot ! ! ! ! ! !!

  • C’est très intéressant, mais le ça et le surmoi sont – ils uniquement constitués de nos pulsions et instincts primaires ou bien sont ils régis par quelque chose dépassant les sentiments eux même? Je trouve que ça manque un peu de précision.

    • Nom Le Surmoi Est L’ensemble Des Regles Interiorisees Emanantes Des Individus Differents Soit Le Pere Soit Les Autres Figurent Pouvant Donner D L’autorite!

    • Non! Le Surmoi Est L’ensemble Des Regles Interiorisees Emanantes Des Individus Differents Soit Le Pere Soit Les Autres Figurent Pouvant Donner D L’autorite!

  • tres bonne resumé atravers votre resume j’ai compris que les passions ,les desirs ,les emotions sont les composants des actes incoscient car durant la manufestation de ces actes l’etre humain agit comme un animale ceci nous montre les moment de la faiblesse du psychisme humaib

  • a ce sujet je me sens trés confirtable pour mesurer mes libido.en effet est ce que le ça est divine .est ce que je peux surmonter le leça et le surmoi .

  • Bonjour,
    les personnes qui laissent des commentaires ici ont l’air sacrément atteintes, non ?
    Post intéressant et clair, en tout cas, même s’il est très très court.

  • Bonjour,
    je te remercie pour ces éclaircissements. J’adore la philosophie parce que c’est une façon indirecte de lire le monde et l’Homme en particulier.
    Ton résumé de la problématique du ça, le moi et le surmoi m’ont aidé à bien comprendre la différence entre ces trois moteurs qui régissent et guident notre existence.
    En fait, le ça est le côté, obscur, libre, révolté qui ne connait ni tabou ni règles, ni institution, bref c’est l’inconscient. Quant au surmoi, c’est la morale, l’interdit, l’image des parents et de la société qui nous rappellent à l’ordre, ce qui restreint notre liberté et notre désir d’être nous-même. Par contre, le moi c’est le conscient ou même c’est la victime par rapport au ça et au surmoi. Il est entre le marteau et l’enclume: entre le désir et la raison; brièvement, il est frustré de ne pas pouvoir exécuter et réaliser ses pulsions et trouver le plaisir souhaité. Merci de m’avoir lue.

  • Re-bonjour,
    C’est toujours moi Sam,
    Pour parler encore du moi, le conscient, j’aimerai bien rajouter que le lapsus est une fuite involontaire de notre vrai personnalité, c’est une trahison au surmoi et en même temps une satisfaction au ça, à notre inconscient, la bête indomptable!
    Merci de m’avoir lue.

  • Etant schizophrene cette connaissance m’a enlevé un poid dans ma construction mental.
    Le ca est vraiment degueulasse et incontrolable quand il passe dans le domaine de la conscience. J’arrive a communiqué avec le surmoi par emotion subtil il est intransigeant et tres proctecteur merci au allemand d’avoir ce genre d’info ca facilite pas mal de chose

  • La psychanalyse : Une des plus grande escroquerie intellectuelle du XXeme siecle…

    A ne pas confondre avec l’analyse du psychisme…

    Les évaluations actuelles par les neurosciences le prouvent. Et les TCC et autres thérapies (ex Hypnose ericksonnienne) le démontrent.
    15 ans d’analyse pour une agoraphobie : aucun résultat, si ce n’est avoir rempli la poche du psychanalyste
    2 séances d’hypnothérapie (par dissociation) : Guérison définitive…

    Il est urgent de le dire. Ceux qui continuent dans la voie psychanalytique rentrent aujourd’hui dans le camp des charlatans…

Leave a Reply to Habsi Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment moderation is enabled. Your comment may take some time to appear.