L’égalité chez Béneton

L’auteur de cet article, Philippe Bénéton,  souligne que l’inégalité étant une relation, est toujours rapportée à une échelle commune. De plus: « il y autant de conceptions et de formes d’inégalités que d’objets possibles concernés par la relation égalitaire/inégalitaire ». Il en résulte que toutes les sociétés, réelles ou imaginaires, comportent des inégalités perçues comme légitimes: 

« Le mot  inégalité est devenu un terme important du vocabulaire politique social (et de la philosophie politique et sociale) mais son sens  est  souvent équivoque faute des qualifications nécessaires. L’inégalité (comme l’égalité) entre plusieurs êtres  ou plusieurs choses peut  d’abord se définir comme une relation hiérarchisée sous un rapport déterminé. L’inégalité est une relation entre deux ou plusieurs termes, établie  par référence à une échelle commune. Elle se distingue par là de la différence. La différence ne devient inégalité que située  sur une échelle, rapportée à un critère de hiérarchisation. Enfin,  cette relation concerne un objet déterminé : deux hommes sont inégaux par leur taille, ou leurs droits, ou leur niveau d’instruction… Il y a donc autant d’égalités ou d’inégalités entre deux termes que d’objets possibles de la relation égalitaire-inégalitaire.

(…)

Entendue comme une norme politique ou sociale, l’égalité a toujours été (sans que souvent la chose soit consciente et délibérée) pensée  comme une égalité de proportion. Nul n’a jamais proposé une égalité arithmétique entre tous les hommes (nourrissons compris) sous tous les rapports (sociaux). Il en résulte que toutes les sociétés réelles ou rêvées comportent des inégalités (arithmétiques) perçues comme légitimes même si elles se réclament du principe égalitaire ». P. Bénéton,  Inégalité,  Les notions philosophiques, coll. dirigée par Sylvain Auroux, Ed. Des PUF, 1990.

Laurence Hansen-Love

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *