Les tragédies des autres sont toujours d’une banalité désespérante

C’est ainsi qu’Oscar Wilde, dans le Portrait de Dorian Gray, renvoie chacun à l’incommunicabilité de ses malheurs. Chez Wilde, comme chez Proust, l’homme est un être isolé, dont la conscience est emmuré dans son flux. Autrui est condamné à rester un étranger. Wilde présente ainsi une philosophie solipsiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.