Malebranche et l’occasionalisme

Chez Malebranche, l’occasionnalisme désigne la doctrine des causes occasionnelles (selon laquelle Dieu est la seule cause efficiente, efficace, dans le monde). Malebranche diffère ainsi de la philosophie de Descartes sur Dieu.

Dans le traité de la nature et de la grâce, le cartésien affirme :

“Je crois avoir démontré dans la Recherche de la Vérité qu'il n'y a que Dieu qui soit cause véritable, ou qui agisse par son efficace propre, et qu'il ne communique sa puissance aux créatures, qu'en les établissant causes occasionnelles pour produire quelques effets”

Join the Conversation

1 Comment

  1. says: Jean-Christophe Ronnet

    Je cherchait à avoir un petit développement sur l’occasionnalisme de Malebranche et je ne l’ai pas trouvé dans ce “cours” bien trop court…

    Les notes du cours de Merleau-Ponty de “L’union de l’âme et du corps chez Malebranche, Biran et Bergson” sont elles-mêmes trop succinctes, voir obscures … au point de se demander si les étudiants qui ont pris ces notes de cours ont compris l’enjeu de ce que voulait dire Merleau-Ponty.

    La seule explication éclairante de l’occasionnalisme, je l’ai trouvée chez Kant “Critique de la Raison Pure” lorsque dans son §27 il évoque “un système de l’épigenèse de la raison pure”.
    Catherine Malabou dans son livre “Avant demain” entreprend de repenser ce thème de l’épigenèse dans la déduction transcendantale et remarque que s’il est seulement esquissé au §27 de la CRP comme une “analogie” pour suggérer que les concepts purs de l’entendement sont à la fois de l’ordre de la “production” sans être pour autant “acquis (ce qui nécessiterai l’expérience et auquel cas ces concepts ne seraient plus “purs”), ce thème de l’épigenèse de la raison pure prend une toute autre forme au §81 de la Critique de la Faculté de Juger.

    Je la cite (p. 278): Il y a deux grandes théories de la production des êtres vivants, écrit Kant au paragraphe 81, premièrement « l’occasionnalisme », deuxièmement le « praestabilisme ». L’occasionnalisme soutient que « la cause première du monde fournirait immédiatement, conformément à son idée, à l’occasion de chaque accouplement, la mise en forme organique des matières qui s’y trouvent mélangées ». Kant écarte rapidement cette thèse, selon laquelle le vivant n’est doué d’aucune force formatrice et se trouve à chaque fois, à chaque occasion, créé ou recréé par Dieu. C’est à l’intérieur du « praestabilisme », qui suppose au contraire qu’ « un être organique produit son semblable et [que] l’espèce se conserve en permanence », que l’alternative entre préformation et épigenèse est présentée.
    S’il vous plait, pourriez vous donner un peu plus de substance dans cette page consacrée à “Malebranche et l’occasionnalisme”?
    Merci

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.