Philosopher avec Xavier Dolan – Episode 1 : Matthias et Maxime

Cette série autour de la filmographie de Xavier Dolan propose concisément d’ouvrir des perspectives philosophiques au cœur des œuvres de ce réalisateur connu pour l’admiration et le désamour, parfois mêlés, qu’il provoque. Il ne s’agit pas de reprendre les messages glissés par Dolan mais bien de relever les enjeux que ses films, délibérément ou non, mettent en exergue.

Ce premier épisode s’intéresse à Matthias et Maxime, l’histoire de deux amis dont le baiser contraint (r)éveille des sentiments dépassant l’affection qu’ils connaissent depuis qu’ils sont enfants. Les conséquences, à la fois sociales et intimes, constituent un cataclysme pour les deux protagonistes.

Le silencieux moment de bascule

Le baiser, même simulé pour les besoins du film amateur, constitue un choc existentiel, notamment pour Matthias, Maxime ayant déjà des sentiments pour son ami si l’on en croit les dires du groupe qui les entoure.

Nous pourrions le qualifier d’hapax, au sens de Jankélévitch :

« Toute vraie occasion est un hapax, c’est-à-dire qu’elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût ni arrière-goût ; elle ne s’annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas de seconde fois »
(Je-ne-sais-quoi)

Ce baiser n’est en effet pas prévu, pas envisagé. Celui-là, ce baiser précisément, celui qui fait basculer dans le doute, n’aura plus jamais lieu. Il laisse un arrière-goût, il est vrai, mais pas en lui-même. C’est la réflexion, le doute sur la possibilité de saisir cette « vraie occasion » qui laisse un goût, et non le baiser en lui-même.

Il y a un avant et un après l’hapax : une vie amicale et une vie nouvelle. Le choix porte sur le caractère de cette dernière : est-ce une vie avec ou sans Maxime ?

Deleuze envisage quant à lui la notion de noochoc, que nous reprenons ici à dessein : l’image du baiser avec Maxime pousse Matthias dans ses retranchements et crée un choc mental encore plus puissant.

En cela, Matthias, quel que soit son choix final, que nous ne révélerons pas ici, exerce une des plus hautes définitions de la liberté : à partir de son passé – et notamment sa vie avec Maxime – et de son présent – sa relation amoureuse actuelle et sa prometteuse carrière d’avocat –, le voici contraint de choisir son futur, son projet. Il doit se projeter, avec ou sans Maxime. Il a entre ses mains un potentiel de puissance immense, cher aux existentialistes.

Le poids du travail

La représentation du travail dans le film de Xavier Dolan est traditionnelle. Elle est cependant un ressort narratif fondamental. En effet, tant Maxime que Matthias font de leur travail un pilier fondateur, plus ou moins prêt à vaciller.

Maxime, dont les ennuis familiaux le contraignent, décide néanmoins de partir en Australie, espérant retrouver là-bas un emploi de serveur. Il est néanmoins dépendant de Matthias et de son père, qui doit lui signer une lettre de recommandation.

Matthias, quant à lui, délaisse son travail – les scènes durant lesquelles il est absent mentalement sont innombrables – mais s’en sert comme un bouclier pour justifier ses retards, ses oublis ou encore son manque d’envie. Le travail permet d’éviter les rencontres avec Maxime, de justifier l’écart qui se creuse entre eux. Il est aussi un des arguments qui pèse sur une hypothétique relation entre les deux amis.

Ces représentations sont la concrétisation des inquiétudes d’Arendt sur le travail, devenue valeur cardinale qui dépasse les liens humains. Le travail est un rempart confortable et tout événement venant le perturber constitue une menace pour l’équilibre personnel.

La délicate frontière entre amour et amitié

Le film de Xavier Dolan est l’exemple même de l’absence de réelle différence entre amour et amitié. Ces deux concepts ne sont que des variations de l’intime. En l’occurrence, les deux protagonistes découvrent le concept phare de François Jullien du fait de leur baiser :

Par un déplacement si minime dans l’espace extérieur, [le geste intime] fait franchir, d’un coup, la barrière intérieure, abolit la frontière de l’Autre, son quant-à-soi. (…) Un geste intime ne peut se faire seul : il implique en effet un « Autre », exige qu’on soit deux. Pas plus qu’on ne peut être intime avec soi-même, on ne peut faire un geste intime sur soi (…) ; et, même si c’est moi seul qui prends sa main, ce geste, quand il est intime (c’est même à quoi on voit qu’il est intime), est commis à deux.
(De l’intime, loin du bruyant Amour)

Cette découverte est terrifiante et c’est en cela qu’elle crée ce rejet chez Matthias. Jullien dirait qu’elle crée un écart : « par fissuration, disjonction et dislocation du déjà dit – déjà vécu – déjà pensé, c’est-à-dire en fracturant la continuité qui ne cesse inlassablement de reconduire au même et d’assimiler » (L’Inouï).

L’écart, le silence, l’absence de communication entre les deux amis ne sont qu’au fond des signes de fracturation des barrières qui existent entre eux. Parce que ce qui leur arrive est indicible, seul le silence permet de communiquer.

Reste à déterminer si cette fracture constituera, dans la veine de l’hapax, l’ouverture d’une seconde vie. Matthias et Maxime en devient une illustration fascinante de l’ensemble de la pensée de Jullien.

On ne peut pas dire pourquoi. La raison de l’amour, c’est l’amour. La raison de l’amour, c’est qu’on aime – Jankélévitch

Guillaume Plaisance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.