Redécouvrir les magnum opi : Schopenhauer et Habermas

Le monde de l’édition offre parfois aux lecteurs de belles surprises, telles que la publication des œuvres majeures des intellectuels dont le seul nom renvoie à des courants entiers de pensée. Schopenhauer, d’abord, qui a su faire du monde un concept-clé de la philosophie. Habermas, aussi, qui illumine la pensée contemporaine de ses brillantes théories (politique, éthique, bien qu’il s’agisse du langage et de la rationalité, ici). Regards croisés sur deux auteurs incontournables.

Arthur Schopenhauer et ses Lettres

Pourquoi éditer une série de Lettres d’un tel philosophe, alors que sa pensée demeure relativement peu connue en France, et souvent bien trop résumée à son analyse du monde, d’abord comme représentation et ensuite comme volonté ? L’explication est parfois très simple : le registre épistolaire offre au lecteur la possibilité de découvrir le penseur en tant qu’homme, avec ses doutes, ses incompréhensions, ses peurs même.

Résultat de recherche d'images pour "Schopenhauer Arthur - Lettres, I et II"Schopenhauer offre un regard lucide et critique sur sa pensée dans ces Lettres, écrites et envoyées durant les dernières années de sa vie. L’on y perçoit, en filigrane, la philosophie grecque, notamment platonicienne, et la pensée kantienne ; déjà reconnues comme faisant partie de ses inspirations.

La quatrième de couverture nous rappelle qu’ « au fil des ans s’observe la diversité des thèmes et des correspondants à proportion de la gloire et de l’influence ascendante du maître de Nietzsche, particulièrement sur ces disciples qu’il ne craint pas d’appeler “ses apôtres et ses évangélistes“. Pour le critiquer ou au contre afin de porter sa parole, les penseurs et artistes qui succédèrent à Schopenhauer ont eu à composer avec son héritage. Dans une visée quasiment pédagogique, le philosophe a préparé sa suite, refusant de laisser éteindre sa vision du monde. Outre Nietzsche, l’on retrouve bien sûr Freud dans la longue liste des intellectuels s’inspirant de sa pensée. Encore aujourd’hui, il est source d’inspiration pour une certaine forme de littérature, que l’on pourrait qualifier de pessimiste ou du moins d’interrogatrice.

Les Lettres ainsi publiées peuvent être un excellent point d’entrée dans la philosophie schopenhauerienne. Près de 230 ans après sa naissance, Schopenhauer n’a pas fini de nous livrer les secrets de son immense pensée.

Jürgen Habermas : Parcours 1 et Parcours 2 … et une biographie

Habermas est aujourd’hui placé sous le feu des projecteurs depuis ses prises de position sur la vie politique française. Voyant dans le Président de la République un acteur motivé au service du renouveau européen, le philosophe s’était livré à une série de propos tout à fait élogieux à son sujet. C’est ici son immense productivité intellectuelle, si l’on peut ainsi le décrire, qui intéresse le monde littéraire.

Les Parcours 1 et Parcours 2 ainsi publiés reprennent les théories majeures du philosophe, théoricien politique et sociologue. L’on redécouvre alors avec un œil neuf trois théories : sa pensée postmétaphysique, sa théorie de la rationalité et enfin sa théorie du langage.

Comptant cinq conférences et douze textes inédits, le premier tome propose à la fois de revisiter l’épistémologie des sciences sociales, de replacer le langage en tant que première pierre d’une société et de faire le lien entre modernité et postmétaphysique. Le second tome reprend la pensée d’Habermas au cours de trente dernières années et, à l’instar de Schopenhauer, nous permet de saisir ses dernières évolutions. « Une pensée toujours en mouvement » titre ainsi Christian Bouchindhomme, à l’origine de ces deux ouvrages.

Stefan Müller-Doohm a quant à lui proposé une biographie d’Habermas qui mêle à la fois les faits, bien sûr, mais aussi les actes et le cheminement de la pensée. Considérant sans doute que la réflexion ne peut se détacher du vécu et du parcours – précisément ! –, il nous propose ici de cheminer avec Habermas au gré de ses rencontres, de ses échanges, de ses inspirations. L’on y découvre, par exemple, l’immense respect et une pointe d’admiration pour ses prises de position, tout en la qualifiant d’ « affreuse réactionnaire », mais qui « en impose ».

Cette anecdote souligne, même si cela n’était point nécessaire, la hauteur d’esprit dont a fait et fait preuve Habermas ; ainsi que son humilité, à l’instar des pages finales qui dressent le portrait d’un homme hors du commun.

Guillaume Plaisance

Bibliographie

  • Habermas Jürgen – Parcours 1 et 2 – Gallimard – 2018
  • Müller-Doohm Stefan – Jürgen Habermas, une biographie – Gallimard – 2018
  • Schopenhauer Arthur – Lettres, I et II – Folio Essais –  2017

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *