La liberté en philosophie


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


La liberté est une notion clé en philosophie, au programme de terminale. Elle se définit, négativement, comme l’absence de contrainte; positivement comme l’état de celui qui fait ce qu’il veut.

La liberté est étonnamment un concept assez moderne, puisque les Grecs en parlait peu, considérant que l’homme devait plutôt refléter le cosmos plutôt que d’obéir à ses propres aspirations. Ce sont les Modernes, à partir de Kierkegaard, puis Heidegger et Sartre, qui ont fait de la liberté une réflexion centrale de la philosophie, comme en témoignent les citations célèbres sur la liberté.

Le problème philosophique de la liberté

La question principale est celle de la définition et de la preuve de la liberté., justifiant le “sentiment vif et interne” (Descartes) que nous avons d’être libre et qui se trouve en tout homme.

Pour définir la liberté, il suffit d’en donner une description adéquate :

– Au niveau biologique, la liberté s’identifie avec un organisme en bonne santé. Le malade, au contraire, se sent prisonnier de son propre corps

– Au niveau plus élevé, la liberté s’identifie avec la spontanéité des tendances. L’homme est libre quand il peut réaliser ses désirs (Epicure). Mais certaines tendances sont néfastes et nous luttons naturellement contre elles. La spontanéité ne peut donc consister à oébir à ses passions.

– Au niveau de la conscience, la liberté se définit par la possibilité de choisir. Pour qu’il y ait choix, il faut plusieurs motifs, plusieurs possibilités d’action. Le choix peut être impossible lorsque tous les motifs valent (âne de buridan). Dans ce cas, l’action relève de la liberté d’indifférence.

– Au sens le plus plein, la liberté est une réalisation volontaire, justifiée par le plus grand nombre de motifs. Car notre action est alors non seulement l’expression d’un choix personnel, mais d’un choix capable de se justifier rationnellement aux yeux de tous. Après Platon et Spinoza, Kant a donné toute son ampleur au rationalisme de la liberté : l’action est libre lorsque la conscience se détermine “contre” les désirs sensibles, en fonction d’un principe rationnel.

– La liberté n’est au fond pas dans ce qu’on fait, mais dans la manière dont on le fait. La liberté est une attitude, celle de l’homme qui se reconnaît dans sa vie, qui approuve l’histoire du monde et des évènements. C’est pourquoi la liberté consiste souvent à “changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde” (Descartes). C’est à une telle conception (celle des stoïciens) que les modernes (Sartre, Kierkegaard) sont revenus ; l’homme devient libre lorsqu’il substitue une attitude active à une situation subie, lorsqu’il prend parti à l’égard des évènements de son temps : bref la liberté se prouve en se réalisant, lorsque l’homme réalise son destin en oeuvrant au lieu de le subir.

Citations de philosophes sur la liberté :

– Je vous ai dit que la liberté de l’homme consiste dans son pouvoir d’agir, non pas dans le pouvoir chimérique de vouloir vouloir (Voltaire)

– La liberté consiste à se déterminer soi-même (Leibniz)

– Seul l’être rationnel, considéré comme tel, est absolument autonome, fondement absolu de soi-même (Fichte)

– Les hommes se trompent en ce qu’ils se croient libres, et cette opinion consiste en cela seuls qu’il ont conscience de leurs actions et ignorants des causes par où ils sont déterminés; ce qui constitue donc leur idée de la liberté, c’est qu’ils ne connaissent aucune cause de leurs actions (Spinoza)

– La liberté coïncide en son fond avec le néant qui est au coeur de l’homme (Sartre dans l’Etre et le Néant)

3 Responses

  1. Jean-Luc says:

    Merci de bien vouloir m’aider!

  2. Doumbia says:

    La desalienation entrains t elle toujours la liberté ?

29/11/2012

[…] l’Antiquité, seuls les stoïciens ont thématisé, mais négativement, en terms de destin, la liberté. Epictète nous rappelait ainsi que la plupart des choses (notre corps, notre réputation, notre […]

Leave a Reply