Cause & Causalité en Philosophie

causalité philosophie

Définition générale

La cause, chez les philosophes, désigne une force qui produit un effet.

La recherche des causes est naturelle à l’esprit humain, qui pense que “rien n’arrive sans raison” (voir le principe de raison suffisante chez Leibniz). Cette tendance naturelle a ainsi toujours été thématisé en métaphysique (recherche de l’origine du monde) comme en épistémologie (recherche de lois de la nature).

On distingue deux types d’approche :

La preuve physico-théologique

Elle consiste à remonter de cause en cause et à déduire l’existence d’une cause première qui serait Dieu (Aristote notamment). La notion de cause reste une notion “animiste” : on recherche une intention, une raison totale.

La science moderne

Depuis Descartes, la science ne cherche plus de causes, c’est-à-dire les antécédents d’un phénomène, mais les lois, c’est-à-dire les rapports constants et prévisibles entre les phénomènes.

On peut distingue, en toute rigueur, la cause “efficiente” qui est ce par quoi un événement arrive, et la cause “finale”, qui est ce en vue de quoi un événement arrive.

Par exemple, une pierre tombe parce qu’il y a du vent (le vent est la cause efficiente) et arrive sur ma tête pour me punir (la punition est la cause finale).

Citations sur le causalité

  • Nous ne croyons connaître rien avant d’en avoir saisi chaque fois le pourquoi. En un sens, la cause, c’est ce dont une chose est faite et qui y demeure immanent. En un autre sens, c’est la forme et le modèle. En un autre sens, c’est ce dont vient le premier commencement du changement et du repos. En dernier lieu, c’est la fin, c’est-à-dire la cause finale (Aristote, Physique)
  • Pour toute chose, il doit y avoir une cause, ou raison assignable, pourquoi elle existe ou pourquoi elle n’existe pas (Spinoza, Ethique)
  • Nous pouvons définir une cause comme un objet suivi d’un autre, et tel que tous les objets semblables au premier soient suivis d’objets semblables aux seconds. Ou, en d’autres termes : tel que, si le premier objet n’avait pas été, le second n’eût jamais existé (Hume, Enquête sur l’entendement humain)
  • Le concept de cause exige absolument qu’un chose A soit telle qu’une autre B en dérive nécessairement et suivant une règle absolument universelle (Kant, Critique de la raison pure)

 

Concepts liés

Cause efficiente : l’agent d’une transformation

Cause finale : la fin, le but en tant qu’elle est raison d’être d’un objet ou d’une action : ce pour quoi une chose est faite

Cause formelle : chez Aristote, ce qui donne à une chose sa forme propre, la définition de la quiddité

Cause matérielle : la matière dont l’objet est faite

Cause première : qui agit par elle-même et à se suffit à elle-même

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *