La philosophie de Hobbes

Hobbes le philosophe

Hobbes, le philosophe du contrat

Thomas Hobbes, philosophe anglais, est essentiellement l’auteur des œuvres suivantes :

- De cive (1642)

- Le Léviathan (1651)

Si la réputation de Hobbes fut, bien longtemps, scandaleuse (il aurait développé, pensait-on, une doctrine centrée sur l’Etat tout-puissant, une philosophie absolutiste), nous comprenons aujourd’hui notre dette à l’égard de celui qui fut un des principaux fondateurs de la pensée politique moderne, notamment le courant contractualiste de la philosophie politique (qui sera développé sur le versant démocratique par Rousseau et Kant, et plus récemment par John Rawls)

Hobbes : L’anthropologie avant la philosophie

La référence de Hobbes est, tout d’abord, anthropologique : il s’appuie sur une vision de l’homme, vision servant de point de départ à sa problématique politique.

Hobbes s’attache à la nature humaine et décrit l’homme comme un être doué de parole, cette dernière étant norme et règle du vrai et du faux.

-          Là où il n’est pas de parole, il n’y a ni vérité ni fausseté, nous dit Hobbes dans le Léviathan.

-          Mais qu’est la parole ?

L’acte par lequel s’exerce la fonction du langage, ce dernier désignant l’enchaînement des mots que les hommes ont établi arbitrairement pour signifier la succession des concepts de ce que nous pensons.

L’homme, ce créateur de signes, est aussi une force, un ensemble de désirs et d’appétits, réagissant au contact des autres hommes, semblables à lui en forces et en désirs et représentant ainsi autant de concurrents : dans l’Etat de nature, l’homme tente d’opérer une contrainte sur l’Autre et vit en état de guerre avec lui.

Que représente cet Etat de nature ?

- Ce n’est pas une réalité historique mais une fiction théorique, où Hobbes nous donne à voir un état originel de guerre se caractérisant par la menace permanente : Homo homini lupus – l’homme est un loup pour l’homme !

- Lorsque les hommes vivent selon l’Etat de nature, leurs forces s’affrontent nécessairement, leur existence étant alors conforme au droit naturel, liberté qu’a chacun d’user comme il veut de son pouvoir propre, pour la préservation de sa propre nature.

Hobbes, l’Etat et le Contrat : L’avènement du Léviathan

L’état de nature, état de guerre et de violence, condamne l’homme à une existence quasi animale, sans culture ni civilisation. Rousseau contredira Hobbes sur ce point en utilisant le mythe du bon sauvage.

Chez Hobbes, l’état de nature doit être dépassé : Un Contrat est donc nécessaire pour échapper à cet enfer et à ce risque permanent, où la violence menace chacun, en raison de la situation concrète de l’homme et de la défiance réciproque qui le caractérise.

- Les causes de discordes étant multiples, il s’agit de les dépasser et d’établir la paix : le Contrat désigne la convention par laquelle les hommes se dessaisissent de leur droit sur toutes choses et confèrent leur pouvoir à un monarque ou à une assemblée accomplissant le bien général.

- Alors s’effectue le passage de l’état de nature à l’ordre politique et l’homme crée ainsi l’Etat, ou la République, organisme exerçant le pouvoir politique.

- Il faut voir dans cette création un produit de l’art humain.

Dans cette perspective, le Souverain (dépositaire de la personnalité de la Cité, dépositaire qui peut être un monarque ou une assemblée) a pour fonction de prendre soin du bien du peuple et de réaliser le bien général. Les autres hommes sont les sujets du Souverain.

Avec Hobbes, la philosophie politique prend donc un sens nouveau, l’Etat, cette création humaine, est destiné à mettre fin à la barbarie naturelle.

Voici l’homme créateur de l’Etat et de ses œuvres. Hobbes nous apparaît donc très moderne à bien des égards : comme théoricien de l’Etat (humain) et aussi comme penseur du pouvoir, défini en tant que capacité effective d’obtenir quelque bien futur, à partir des moyens présents.

Pour aller plus loin sur la philosophie de Hobbes :

 L’homme est un loup pour l’homme

Le Léviathan

Pour aller plus loin...

4 Responses

  1. rodolphe says:

    bonjour! juste vous remercier déjà pour les cours qui m’ont été parvenus;et je voudrais avoir quelques détails sur le Léviathan de Hobbes

  2. doh yasmine ornela says:

    avoir les oeuvres de hobbes

  1. 26/10/2012

    [...] de la forme et du pouvoir d’une république ecclésiastique et civile, est un ouvrage du philosophe anglais Thomas Hobbes dont la radicalité est saisissante : partant d’une anthropologie (conception de l’homme) [...]

  2. 18/03/2013

    [...] but de civiliser l’homme. On est loin, ici, de l’absolutisme auquel on a souvent réduit la philosophie de Hobbes. Car si Hobbes n’est certes pas un démocrate, il reste que ce contractualiste pose [...]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>