Existentialisme : Définition


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


existentialisme

Qu est-ce que l’existentialisme ? Essai de définition simple :

L’existentialisme, en tant que courant, se présente avant tout comme une manière de philosopher. La philosophie a pour but essentiel d’exposer l’homme à lui-même, de telle sorte qu’il s’y reconnaissance authentiquement. Mais il existe deux types de philosophies :

– celles qui tentent de mettre au jour la structure générale de l’existence, via l’étude de concepts tels que Dieu, l’être ou le monde. Ils prennent l’homme comme le point de fermeture d’un système (mouvement descendant)

– celles qui partent de la subjectivité pour comprendre les autres concepts, tels que Dieu, l’être ou le monde (mouvement ascendant)

L’existentialisme appartient à la seconde catégorie. L’existentialisme cherche en effet à résoudre l’énigme qu’est l’homme pour lui-même.

L’existentialisme de Kierkegaard :

Pour Kierkegaard, qui est le père de l’existentialisme, la réalité de l’homme ne peut se comprendre via un système philosophique, lequel n’est qu’un moyen commode pour se tirer d’affaire. En effet, un système contient d’avance toutes les réponses possibles à toutes les questions possibles. Systémiser l’existence, comme le fait Hegel par exemple, revient à dire que l’existence est certaine. Or, l’existence est incertaine. Il faut donc user de catégories existentielles, et non de système pour comprendre la condition humaine.

Kierkegaard définit la condition humaine comme une existence aux prises avec le pathétique violent de la liberté. Etre homme, c’est me sentir tragiquement en proie à une angoissante “possibilité de pouvoir”, nul ne pouvant endosser la responsabilité de mes actes. Cette angoisse génère un vertige, celui d’une liberté mal assumée.

L’existentialisme de Heidegger :

En quoi consiste l’existentialisme de Heidegger ? Ce dernier considère que seul l’homme, en tant qu’étant, peut avoir une intelligence de l’Etre. Le propre de l’homme est de penser cet Etre. C’est pourquoi l’homme est un Dasein, un être-là, proche de l’Etre, à son écoute. L’existence, chez Heidegger, c’est tout simplement l’homme même en tant qu’émerge avec lui de la nuit quelque chose comme un état d’intelligence à l’égard de l’être en général.

La définition de Sartre :

L’existentialisme tient en une phrase : l’existence précède l’essence. Autrement dit, la subjectivité humaine, centre de la réflexion philosophique concrète, existe, elle n’est pas une essence figée créée par Dieu ou une force transcendante.

L’existentialisme de Pascal :

Chez Pascal, l’existentialisme tient au fait qu’il tente de redonner à l’homme son authenticité en le détournant des vanités humaines, ce que Pascal nomme “divertissement“.

 

7 Responses

  1. Jean-Claude Trotignon says:

    l’existentialisme ? Ne serait-ce pas l’aboutissement de la phénoménologie de l’esprit selon Husserl ?

  2. marin says:

    Si la subjectivité est personnelle, alors l’existentialisme est propre à chacun? Kierkegaard dit que “la subjectivité, c’est la vérité”, on en tire donc que chacun à sa propre vérité / réalité sur l’être et le monde ?
    Donc chacun vit dans une vérité différente ? Chacun à une perception différente sur la nature de l’être ?
    J’ai vraiment du mal à comprendre ce concept car pour moi dans ce cas nous avons tous une perception (propre et personnelle) mais faussée. Parce qu’avant que les hommes existent qu’elle était donc la vérité ?

  3. Mamba says:

    Bonjour à tous,
    L’existentialisme m’a toujours fasciné.
    En effet, Liberté, Vérité : ne sont-ce que des concepts humains ? Pourquoi serions nous obligés de séparer l’Essence de l’Existence ? De les faire se confronter ? Pourquoi notre Culture doit elle, inexorablement et frénétiquement, nous pousser à combattre notre Nature ? La Culture ne devrait Elle pas humblement réaliser quelle est sa place, dans ce Grand Tout qu’est la Vie ? Regardez ce simple fruit, il semble bien minuscule face à cet Arbre sans Âge !! Cet Arbre qui autrefois fût sa demeure !!! Et ce fruit, ne contient il pas la semence idéale pour un Monde Nouveau ?! Non, nous ne pouvons plus nier la réponse à toute nos questions : la Nature !!! La voici, notre Essence. Notre Dieu. Contester cette évidence plonge l’Humanité dans la plus profonde des vanités. Doutons, tâtonons, cherchons la Vérité, afin d’atteindre cette Liberté tant convoitée. Mais je le dis Haut et Fort, ce combat est perdu d’avance. Car le fait de se poser toutes ces questions à propos de notre existence est la preuve même que nous existons ? La réponse se trouvait pourtant au plein coeur de la question : “Dieu existe” t’il ? C’est assez clair. Je suis donc d’accord avec Sartre sur un point : l’existence précède l’essence ; oui, c’est indéniable….. mais cela ne fonctionne que si l’on place l’Homme et son cogito au centre de tous les concepts. Mais dans l’ordre cosmique des choses : il semblerait bien que l’existence soit partie intégrante de l’Essence !!!

    PM

02/11/2011

[…] – Existentialisme – Définition […]

  • 02/12/2011

    […] – Existentialisme – Définition […]

  • 04/12/2012

    […] La philosophie de Cioran, penseur roumain, est une philosophie du désespoir. Réfléchissant sur la condition humaine qu’il juge de manière très pessimiste, Cioran condamne l’homme à errer sans raison dans univers vide de Dieu. Inspiré par Nietzsche, Schopenhauer ou encore Kierkegaard, la pensée de Cioran occupe une place très à part dans la philosophie contemporaine française, faite et de cynisme et d’existentialisme. […]

  • 05/12/2012

    […] de la philosophie contemporaine. A l’orée de la phénoménologie, il s’intéressa à l’existentialisme, à l’herméneutique et à la philosophie chrétienne. Son apport le plus grand réside dans […]

    Leave a Reply