Heidegger et le Dasein


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


Qu’est-ce que le Dasein ? Définition

Le Dasein est un mot allemand souvent traduit par «être-là» ou «réalité humaine». Mais ce terme est difficilement traduisible.

Les philosophes ont formé le substantif Dasein, qui peut s’entendre en deux sens :

  • au sens passif, comme le fait d’exister, l’existence.
  • au sens actif, comme l’être qui est présent au monde en y existant.

C’est à partir de ce second sens que Heidegger a formé sa notion de Dasein, par laquelle il désigne l’homme.

Le Dasein est le concept fondamental de la philosophie existentiale de Martin Heidegger.  Le Dasein renvoie au sujet, constitué par la temporalité, qui éclaire la signification de l’Etre. Ainsi, Da-Sein doit être compris dans sa relation au “Sein”, à l’Etre :
“Le Dasein est cette entité qui, dans son Etre, traite l’Etre comme un problème” (Etre et Temps). Autrement dit, le Dasein est le fait, pour l’homme, d’être le “là” de l’Etre, c’est-à-dire une ouverture et une présence à cet Etre.

Ainsi, le Dasein est un étant en étroite relation avec ce qui le dépasse et ce qu’il porte, à savoir l’Etre.

Les structures du Dasein :

A partir du Dasein, Heidegger a défini plusieurs modalités d’existence de la réalité humaine :

  • L’Etre-dans-le-monde (In der Welt sein) : le Dasein est en effet toujours, déjà, irrémédiablement engagé dans le monde. Le sujet ne peut jamais se retirer du monde (comme le fait le sujet cartésien par exemple)
  • L’être-avec (Mitsein) : Le monde est monde commun. Ainsi, le Dasein doit toujours être pensé à partir de la problématique intersubjective. A partir de là, soit la Dasein accepte l’altérité irréductible de l’autre, soit de vivre dans le On (Dans Man), autrement dit sous l’emprise de l’autre, sous le mode de la quotidienneté.
  • L’être-jeté : le Dasein vit toujours l’existence comme un fait non-choisi, à travers lequel il doit du malgré tout donner du sens. Ainsi, l’homme n’est pas causa sui generis, il est un accident.
  • L’Etre-pour-la-mort (Sein zum Tode) : la mort est l’horizon ultime du Dasein, la frontière qui donne du sens aux projets du Dasein. La finitude est la possibilité ultime du Dasein.
  • Le Souci : Le souci est le mode du Dasein en tant qu’ouvert sur la compréhension de l’Etre.
  • La temporalité : La temporalité privilégiée du Dasein est le futur car il est le lieu de la projection humaine.

 

3 Responses

10/11/2012

[…] qui éconduit l’idée même de mort en la posant en dehors du projet existentiel, tandis que Heidegger s’efforce de la retrouver au plus profond de notre expérience […]

  • 14/12/2012

    […] dans le cadre de son analyse existentiale du Dasein, aborde le thème de la quotidienneté du Dasein. Même si il ne thématise pas stricto sensu les notions d’espace public et de démocratie, il […]

  • 17/12/2012

    […] Dasein est toujours un être-dans-le-monde. Le monde, c’est aussi le domaine dans lequel le Dasein a […]

    Leave a Reply