La Phénoménologie


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


Phénoménologie et phénomènes de la conscience

La Phénoménologie est, de manière générale, l’étude descriptive d’un ensemble de phénomènes. Elle désigne souvent le système philosophique de Husserl et tout un courant de pensée qui se réclame sinon des concepts, du moins de la méthode de Husserl.

La Phénoménologie procède d’une critique de la métaphysique classique, et sa tendance fondamentale est celle d’un retour au concret (“aux choses mêmes” est l’injonction majeure de Husserl). Husserl conçoit en effet ce retour comme un retour à “l’intuition originaire” des choses et des idées. Husserl considère la phénoménologie comme une science rigoureuse. Il explique cette intuition originaire sur un exemple mathématique : il constate, par exemple, si l’on peut se représenter intuitivement trois ou quatre objets, on ne peut pas intuitivement s’en représenter mille; on peut seulement “y penser”.

Husserl distingue ainsi deux types opposés de relation au donné ou “intentionnalité” : la perception réelle, qui est originaire; et la pensée, qui ne fait que “viser” l’objet en une “intention vide”. Développant cette distinction entre intuition originaire et pensée, intentionnalité pleine et vide, les phénoménologues retiennent :

– ou bien le contenu de la doctrine de Husserl : ils cherchent alors le point de contact entre l’esprit et le réel, le dépassement du réalisme et de l’idéalisme (Merleau-Ponty en est un exemple : “La phénoménologie, c’est l’étude des essences, et tous les problèmes, selon elle, reviennent à définir les essences : l’essence de la perception, l’essence de la conscience. Mais la phénoménologie est aussi une philosophie qui replace les essences dans l’existence”)

– ou bien sa méthode, et ils appliquent alors le principe d’une analyse de l’intuition aux domaines de la connaissance d’autrui, assez négligés par Husserl dans ses grands textes (Lévinas ou Sartre)

– ou bien ils cherchent à justifier métaphysiquement le principe même d’une analyse des phénomènes (Fink).

Une théorie des phénomènes ne peut se définir que par rapport à une théorie de l’Etre absolu, ou ontologie. Sur ce point, la phénoménologie spéculative de Fichte, dans la Théorie de la Science, reste d’une force et d’une profondeur inégalée.

Les livres de notre partenaire

MEDITATIONS CARTESIENNES
Edmund Husserl : Meditations Cartésiennes
Acheter ce livre

 

Pour aller plus loin sur la phénoménologie :

La Phénoménologie de Husserl 

Texte de Claude Romano sur la phénoménologie de l’écriture

L’intentionnalité

Citations de Edmund Husserl

4 Responses

  1. fdghgj says:

    merci pour cet article sur Edmond Husserl, que l’on étudie pas assez, notamment en raison de son apport sur l’intentionnalité

  1. 06/09/2012

    […] de la phénoménologie, Edmund Husserl inaugure au début du XXème siècle un mode de pensée radicalement nouveau. […]

  2. 26/10/2012

    […] : Sartre y réinvente l’ontologie et la métaphysique, en partant des acquis de la phénoménologie de Husserl et de la philosophie de Heidegger, telle que développée dans Etre et […]

  3. 31/10/2012

    […] Husserl est le fondateur de la phénoménologie, le principal courant philosophique du XXè siècle sur le continent […]

Leave a Reply