Méditations Métaphysiques de Descartes (Résumé)

Le titre complet des Méditations Métaphysiques, publiées par Descartes en 1641 est : “Méditations touchant la philosophie première, où l’on démontre l’existence Dieu et la distinction réelle entre l’âme et le corps de l’homme“.

René Descartes permet un bond vertigineux à la philosophie moderne : la métaphysique, l’ontologie et la physique en seront durablement bouleversées. Voici un résumé de ces Méditations Métaphysiques.

Du doute à la certitude de mon existence

Le philosophe commence par douter de tout, afin de ne recevoir pour vrai que ce qu’il connaît clairement et distinctement.

Sa première certitude porte sur l’acte même de penser. C’est ainsi que la pensée est le premier objet de connaissance véritable. Or,” je pense, donc je suis“.

Descartes examine toutes les idées qu’il se trouve posséder en son esprit : il relève en particulier l’idée de l’infini, dont l’homme ne peut être l’auteur; cette idée qui, en fait, nous dépasse, est le signe tangible d’une réalité, qui elle-même nous dépasse, de Dieu. La certitude de Dieu est donc la seconde de nos connaissances vraies :

Par le nom de Dieu, j’entends une substance infinie, éternelle, immuable, indépendante, toute-connaissante, et par laquelle moi-même, et toutes les autres choses qui sont ont été créées et produites” (Méditation 3)

Les Meditations Métaphysiques : de Dieu à mon existence

De l’idée même de Dieu, de sa toute-puissance et de sa bonté, le philosophe déduira la véracité de toutes nos connaissances naturelles : sensibles (relatives à la perception du monde) et même sensorielles (perceptions de notre corps). Ce que Descartes appelle les “idées innées

Au-delà des préceptes assénés par Descartes, c’est une méthode, celle du doute, qui marquera l’histoire de la philosophie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>