La philosophie de Montesquieu : Les Lois et la République


[Téléchargez l'application La-Philosophie sur Google Play]


Montesquieu philosophe

Montesquieu, philosophe du droit et de la légalité du pouvoir

Charles de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu est un des philosophes politiques majeurs du siècle des Lumières.

Montesquieu est un des  pères fondateurs de la philosophie politique (voir ses citations). Inspiré par le libéralisme de Locke autant que par Aristote ou Cicéron, Montesquieu a su décrire l’esprit de raison qui caractérise les lois. Son influence sur la pensée politique, de Rousseau à Rawls en passant par Kant, est immense.

Montesquieu, la loi et la liberté :

Montesquieu veut saisir l’ « esprit des lois » et les soumettre à une analyse scientifique. Distinguons les diverses lois positives et la loi universelle dont les premières ne sont que des cas particuliers : la loi (positive) désigne une règle instituée pour assurer la sécurité et la liberté, règle qui apparaît comme une spécification étendue, comme expression de la raison humaine.

Les lois, rapports nécessaires, dérivant de la nature des choses, permettent, pour l’homme, l’accès à la liberté politique.

–          Que désigne, en effet, la liberté ? Annonçant les pensées de Rousseau et de Hegel, Montesquieu la définit, sur le plan politique, comme l’obéissance aux lois.

–          La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent, et non pas de faire ce que l’on veut.

Dans Du Contrat social, Rousseau ne s’exprimera pas autrement. Le mérite de Montesquieu est, dès lors, de définir la liberté dans son rapport vivant avec la loi, mais aussi l’Etat, compris comme une société où il y a des lois.

Liberté (politique), Loi et Etat forment, chez Montesquieu, un ensemble rationnel et un système.

Montesquieu et les différentes formes de gouvernement : despotisme, république, monarchie

Attentif à la relation unissant la loi et la liberté politique, Montesquieu ne pouvait qu’être fasciné par le despotisme, ce mal politique absolu, qui correspond au pouvoir d’un seul homme et dont la seule loi est la fantaisie du prince.

Le principe du despotisme est la crainte et, bien souvent, la crainte religieuse. Fondé sur des passions humaines, le despotisme peut ainsi survivre.

A côté du despotisme (pouvoir d’u n seul homme, sans règle), Montesquieu distingue la monarchie, où, la différence du despotisme, le prince exerce le pouvoir en se référant à des lois, et, enfin, la république : le gouvernement républicain est celui où le peuple ou seulement une partie du peuple a la souveraine puissance.

–          Dans le premier cas, nous avons affaire à une démocratie et, dans le second, à une aristocratie.

Montesquieu et la séparation des pouvoirs :

Hanté par le problème du despotisme et par celui de la liberté, Montesquieu est allé au fondement même de toute liberté politique.

La séparation des pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire) est le meilleur moyen pour concilier la liberté du citoyen et l’autorité publique. L’idée d’une séparation des trois pouvoirs apparaît ainsi comme le remède aux abus des pouvoirs : partout, le pouvoir doit arrêter le pouvoir.

Guidé par un profond respect de la personne humaine et par l’attachement à la liberté politique, la doctrine de Montesquieu forme l’horizon de nos modernes visions politiques.

Oeuvres majeures de Montesquieu :

–          Lettres persanes (1721)

–          Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734)

–          De l’esprit des lois (1748)

Pour aller plus loin sur la pensée de Montesquieu :

Montesquieu : la séparation des pouvoirs et la démocratie

Citations de Montesquieu

8 Responses

  1. tatsumasaf says:

    Un très bon philosophe selon moi, malheureusement les pouvoirs n’ont pas été assez séparés en france (contrôle important de l’exécutif sur le judiciaire d’une part, et d’autre part les personnes qui exercent ces 2 pouvoirs viennent de la même classe sociale ce qui fait qu’ils ont des intérêts commun différent de ceux du peuple) permettant les nombreux abus actuels.

    J’aimerais beaucoup discuter philosophie avec des personnes connaissant bien son oeuvre.

  2. Fabuleux article : continuez comme ça

  3. Theophile DJEHI says:

    Les pensées de Montesquieu militent en faveur d’un système politique conforme à l’inaliénable aspect naturo-humain de l’homme.

    Quelles merveilles !!!!!!

    Qui, hélas, …

  4. pol lamayo says:

    Très bon philosophe je like

  5. Agboyibo komi says:

    merci pour ceux qui ont cet commentaire avant moi .je vois que les écrivains du 18 e siècle ont ouvert les yeux aux autres et jusqu’à notre génération. ces auteurs m’ont aidé à comprendre ce qui ce passait avant notre génération et ils ont combattu pour la liberté des peuples et la séparation des trois pouvoirs .merci et je suis un débutant et une fois encore ,je les tisse le chapeau

  6. Agboyibo komi says:

    Et je me demande, sans eux, comment serait notre génération actuelle ?

    .

10/11/2012

[…] de Montesquieu ne se résume pas en un article. C’est donc le troisième billet (après La philosophie politique de Montesquieu en bref et Montesquieu : la séparation des pouvoirs et la démocratie) que nous y consacrons. Rappelons […]

  • 03/12/2012

    […] l’esprit des Lois est un ouvrage du philosophe Montesquieu, publié à Genève en 1748, sans nom […]

    Leave a Reply