De Beauvoir : On ne nait pas femme on le devient (explication)

sartre de beauvoir

Existentialisme de De Beauvoir et la condition féminine

Le deuxième sexe est le plus grand livre de la philosophie contemporaine sur le féminisme. Simone de Beauvoir y présente sa thèse majeure, celle de la femme comme figure de l'Autre, comme figure aliénée par la culture dominante masculine. Mais ce livre n'est pas seulement un constat philosophique, c'est aussi un manifeste politique, un livre de combat qui prône la libération des femmes, qui inspirera les mouvements féministes partout où ils ont fleuris.

De Beauvoir et le devenir culturel des femmes

De Beauvoir affirme que l'inégalité homme/femme est culturellement construite, et non naturel. En effet, au départ, la femme est l'égal des hommes,  à la fois intellectuellement et physiquement. C'est l'homme, parce qu'il produit l'idéologie, parce qu'il est dominant, qu'il renvoie la femme à son altérité pour en faire un être inférieur, un être biologique.

De Beauvoir utilise la dialectique du maître et de l'esclave (développée par Hegel dans la Phénoménologie de l'Esprit) pour rendre compte de l'oppression des femmes. L'homme a une conscience impérialiste, il cherche à se poser en niant l'autre. Or, l'homme, face aux autres hommes, rencontre la même exigence chez eux. La facilité est donc de trouver un être biologiquement inférieur pour en faire son esclave :

Ce rêve incarné, c'est justement la femme; elle est l”intermédiaire souhaité entre la nature étrangère à l'homme et le semblable qui lui est trop identique. Elle ne lui oppose ni le silence ennemi de la nature, ni la dure exigence d'une reconnaissance réciproque. Grâce à la femme, il y a un moyen d'échapper à l'implacable dialectique du maître et de l'esclave

La femme devient alors l'Autre Absolu, l'Autre inessentiel, son être dépend de la reconnaissance que lui accorde l'homme. La femme donne la vie, alors que l'homme risque sa vie, ce qui, chez  Hegel, est le signe de victoire de la conscience sur l'autre (celui qui tient plus à la vie que l'autre est le perdant de la lutte pour la reconnaissance). La femme est considérée par les hommes comme un organe de reproduction, et non comme un rival dans la lutte pour la reconnaissance. La femme reste ainsi au niveau de l'animalité. C'est pourquoi, selon Beauvoir, la maternité renvoie à l'assujettissement de la femme à l'espèce (De Beauvoir a elle-même mis en pratique ce principe, ayant refusé de porter des enfants).

Le féminisme de Beauvoir utilise donc Hegel et la relation maître/escalve pour penser la relation homme/femme et la domination de l'un sur l'autre. La solution, selon elle, serait de sortir la femme de la biologie ou plutôt de son destin biologique, en refusant la maternité.

Pour aller plus loin sur le féminisme de Simone de Beauvoir :

Analyse du Deuxième Sexe

Join the Conversation

18 Comments

  1. Ping : Citations de Simone De Beauvoir - Citations
  2. Ping : Le Deuxième Sexe - De Beauvoir
  3. Ping : Le Deuxième Sexe (Simone De Beauvoir)
  4. Ping : Analyse du Deuxième Sexe (Simone De Beauvoir)
  5. Ping : Citations sur les femmes
  6. says: Dad

    C’est totalement vrai. On ne nait pas femme, on le devient. D’abord au sens psysique, on naît bébé puis fillette, puis adolescente et enfin femme. Ensuite, au sens moral, la société nous conforme à devenir et à se comporter comme une femme, réglementée et instruite.

    1. says: Anonyme

      C’est une véritable tromperie de penser qu’on ne naît pas femme. Ce genre de féminisme apparaît comme un problème existentiel. Car, qu’est-ce qu’une femme ? Du point de vue physiologique, la femme est reconnaissable et différentielle de l’autre. Alors, si on ne naît pas femme. Inversement, on ne naît pas homme. On naît donc avec un sexe neutre. Pathétique. Le plus grand danger pour la survie de notre espèce est bien cette théorie féministe.

      1. says: Ange Golé

        Comment refuser la maternité !! Je trouve ce genre de féminisme trop excessif parce qu’il appelle à la disparition de la gente féminine rien que pour rivaliser avec l’homme qui a été établi divinement chef de famille. Simone de Beauvoir a raté son combat car c’est pas un exemple à enseigner à la jeune fille.

  7. says: Anonyme

    Cette idéologie des prérogatives constitutionellement définies est exceptionellement interchangeable dans la mesure où le conditionnement psycologique et physionomique n’est qu’un leure. L’assujettissement protocolaire défini une relation équidistante et équilatérales de l’objectivité…non?

  8. says: Damir

    Comment pouvez-vous écrire que la solution est selon elle de refuser la maternité ? Elle a refusée la maternité à titre personnelle mais elle n’a jamais conseillé aux femmes de refuser la maternité (merci d’indiquer une référence si vous en avez une mais cela me semble une idée tellement absurde qu’elle ne peut venir d’elle) ! Les solutions qu’elle indique sont plutôt de prendre un emploi pour avoir une certaine indépendance et sinon c’est la lutte avec le mouvement féministe.

  9. says: Marcel Meyer

    Se piquer de philosophie ne devrait pas empêcher d’utiliser un français correct : on dit “Simone de Beauvoir“ mais “Beauvoir”, “François de La Rochefoucauld” mais “La Rochefoucauld”, etc.

  10. says: Antonio

    Simone de Beauvoir n’a pas raison. Les femmes sont les égaux des hommes. L’homme que Beauvoir définit comme maître de la femme est un animal obnubilé par la domination. Mais l’homme chrétient aime sa femme, et par commandement de Dieu, il doit même faire prévaloir le bien de sa femme par dessus son propre bien. C’est ainsi que mon père et ma mère m’ont éduqué moi et mes quatre soeurs.

    1. says: Lucia

      Fort heureusement dans la société actuelle tout ne tourne pas autour de la religion pour tout le monde. Et ce qui est écrit dans les texte Saints ne reflète en rien ce qui se passe concrètement. Non la femme n’est pas encore l’égale de l’homme, et ne le sera pas tant que ces derniers feront tourner l’univers autour de leur petite personne. Dire que De Beauvoir a tord du simple fait de votre vision chrétienne est… comment dire d’une stupidité sans nom. Elle s’est instruite et cultivée pour démontrer des faits encore valables aujourd’hui, je vous trouve bien audacieux de prétendre le contraire sans amener de réflexion alternative autre que “c’est comme ça qu’on m’a éduqué”. Encore un bel exemple de mansplaining.

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.