Hegel et l’Histoire

hegel histoire

La Raison dans l’Histoire et la philosophie de l’histoire chez Hegel

Hegel a inventé la philosophie de l’histoire telle que nous la connaissons. Tous les philosophes qui l’ont suivi sont redevables de l’introduction de la dialectique dans la pensée de l’histoire (Marx, Sartre, …)

Selon Hegel, l’histoire est le jeu d’une dialectique dont se sert la Raison pour se réaliser, autrement dit l’histoire selon Hegel est un processus d’autoréalisation de l’Idée, dont la fin est la liberté humaine.

« L’histoire est le processus par lequel l’esprit se découvre lui-même »(citations de Hegel). Hegel construit l’histoire du monde au travers d’un récit, étapes par des étapes, de la liberté humaine, de la liberté publique sous la République romaine, à la liberté individuelle de la Réforme protestante, en passant par la liberté civique de l’Etat moderne. Il tente d’intégrer les civilisations de l’Inde et la Chine dans sa compréhension de l’histoire du monde. Hegel isole des moments spécifiques de l’histoire comme « moment historique » pour la liberté humaine. Par exemple, la conquête de Napoléon d’une grande partie de l’Europe est dépeinte comme une étape vers la construction de l’État rationnel bureaucratique, achèvement de l’Etat selon Hegel.

Hegel identifie la raison dans l’histoire, mais c’est une raison latente, et qui ne peut se comprendre qu’une fois l’histoire achevée: «La chouette de Minerve ne prend son envol qu’à la tombée de la nuit ».

On a souvent critiqué la philosophie de l’histoire de Hegel, lui reprochant de n’être qu’une construction intellectuelle spéculative, en oubliant le travail d’analyse très fourni et pertinent de l’histoire pure faite par Hegel. Ce dernier cherche à dégager le sens, immanent, de l’histoire à partir des évènements passés. Pour Hegel, le philosophe doit chercher à découvrir le rationnel dans le réel et ne pas imposer le rationnel sur le réel. Son approche n’est ni purement philosophique, ni purement empirique.
Chez Hegel, le but ultime de l’histoire est la liberté subjective de l’homme en tant qu’individu et en tant qu’être universel. Hegel divise l’histoire en plusieurs étapes distinctes (à savoir, l’Oriental, le Persan, le grec, le romain, l’Allemand, et le moderne). Chacune de ces civilisations est définie par sa relation à l’Esprit. Chaque civilisation subit un choc dialectique avec son successeur.

Hegel distingue plusieurs types d’historiens, plusieurs rapports à l’histoire :

L’histoire pure : Thucydide et Hérodote, par exemple, ont collecté des évènements de leur époque, sans aucune perspective historique. Ce rapport de l’histoire a peu de valeur, car non seulement il est étroit et plein de préjugés, mais il n’offre aucune notion de l’objectif ultime de l’histoire, il ne peut dégager le sens de l’histoire.

L’histoire universelle : L’histoire universelle tente un certain sens et de la cohésion à l’histoire. Mais la collecte de faits reste souvent sous forme de pot-pourri, de collection entachée de principes généraux et abstraits : « Toute histoire de ce genre, qui veut embrasser de longues périodes, voire l’histoire universelle tout entière, doit nécessairement renoncer à la représentation individuelle du réel. Elle doit se résumer en abstractions non seulement parce qu’il lui faut omettre quantité d’actions et d’événements, mais aussi parce que la pensée, l’entendement est le plus puissant abréviateur »
Trop souvent, les historiens, les politiciens et les moralistes défendent aussi l’idée selon laquelle l’histoire se répète, prétendant que par la compréhension des erreurs de notre passé, nous pouvons corriger notre comportement futur. Mais comme Hegel fait justement remarquer, l’étude du passé ne nous fournit pas les réponses sur l’avenir ni sur le présent; les époques étant trop différentes.
L’histoire rationnelle : Le véritable historien, selon Hegel, se rend compte que « la raison est souverain du monde; que l’histoire du monde, par conséquent, nous présente un processus rationnel». Les événements historiques sont tout simplement des moments particuliers d’un plan rationnel. En comprenant l’histoire, on peut ainsi comprendre l’histoire, ce grand plan de la Providence.

Le rôle de l’historien selon Hegel : la science de l’Histoire

La réussite de l’historien est sa capacité à comprendre les processus. Tous les événements, les individus et les institutions sont un processus en constante évolution. Rien n’est éternel, sauf le changement lui-même: ainsi, le défi ultime pour tout historien est sa capacité à comprendre l’interdépendance, à la fois temporelle et logique, entre les événements, les individus et les institutions. Toutes les évènements sont le résultat direct de l’affrontement entre deux forces opposées; en saisissant cette dialectique, les historiens peuvent comprendre pourquoi les événements se produisent. Les individus jouent un rôle important dans la création de leur propre histoire, mais en tant qu’individus, ils sont incapables de comprendre leur propre rôle dans le grand « plan de la Providence »
Ainsi, la science historique selon Hegel est une science globale : une histoire qui ne serait pas pétrie par les questions culturelles, intellectuelles, religieuses, sociales, géographiques, morales et technologiques serait une histoire inefficace. Rien de ce qui contribue au caractère d’un peuple ne peut être ignoré.

Extrait : La Raison dans l’Histoire – Hegel

 

Pour aller plus loin Hegel :

Citations de Hegel

Maître et esclave chez Hegel

La dialectique chez Hegel

L’art chez Hegel

La Philosophie de Hegel

La Phénoménologie de l’Esprit

Pour aller plus loin...

6 Responses

  1. 10/05/2012

    [...] Hegel et l’histoire [...]

  2. 07/11/2012

    [...]  Leçons sur la philosophie de l’histoire [...]

  3. 15/11/2012

    [...] La philosophie de l’histoire chez Hegel [...]

  4. 07/12/2012

    [...] s’étend sur le monde et le domine ». Napoléon est vu comme un moment essentiel de l’Histoire chez Hegel, celui qui achève la Révolution [...]

  5. 04/01/2013

    [...] – l’approche historique : la réalisation de la raison, au travers l’esprit, la religion et le savoir absolu (chapitres 6 à 8 ). Pour plus de détails, voir l’article sur l’histoire chez Hegel. [...]

  6. 08/03/2013

    [...] de la méthode phénoménologique, des descriptions de l’existence et de la réflexion sur l’histoire. Hegel considérait que la Théorie de la science était un des 3 plus grands évènements de son [...]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>