Citations de Camus

Albert Camus

Citations connues d’Albert Camus

La philosophie d’Albert Camus rayonne dans tous les domaines des sciences humaines : essai, théâtre, romans.

Critiqué pour son nihilisme, sa philosophie peut être rattachée au courant de l’existentialisme : Camus a débattu avec rage sur la question de la condition humaine avec Sartre. Les accents de Camus sont pascaliens, kierkegaardiens voire kafkaïens par moments. La philosophie de l’absurde désigne la condition humaine, condamnée à trouver le sens de sa vie par elle-même. Pour autant, l’absurde est une philosophie de l’action, de la révolte et non du renoncement. C’est en agissant que l’homme réinjecte du sens dans le monde (comme le fait Meursault, c’est la révolte de l’homme qui crée l’homme).

Camus, l’absurde et le nihilisme :

– “L’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites”

– “Dieu nie le monde, et moi je nie Dieu ! Vive rien puisque c’est la seule chose qui existe !”

– “L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde”

Camus et la condition humaine :

– “L’homme est la seule créature qui refuse d’être ce qu’elle est”

– “La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition”

– “Tout le malheur des hommes vient de l’espérance”

– “Le sens de la vie supprimé, il reste encore la vie”

– “L’homme absurde dit oui et son effort n’aura plus de cesse. S’il y a un destin personnel, il n’y a point de destinée supérieure ou du moins il n’en est qu’une dont il juge qu’elle est fatale et méprisable. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux”

Camus et le suicide :

– “Un geste comme le suicide se prépare dans le silence du coeur au même titre qu’une grande oeuvre”

– “Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie”

Camus et la politique :

– “Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme”

– “La passion la plus forte du vingtième siècle : la servitude”

– “Quand nous serons tous coupables, ce sera la démocratie”

– “La société politique contemporaine : une machine à désespérer les hommes”

– “La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité”

– “La liberté, seule valeur impérissable de l’histoire”

Camus, l’amour et la tendresse :

– “S’il est une chose qu’on puisse désirer toujours et obtenir quelquefois, c’est la tendresse humaine”

– “Je ne connais qu’un seul devoir, et c’est celui d’aimer”

– “L’homme a deux faces : il ne peut pas aimer sans s’aimer”

– “Aimer un être, c’est accepter de vieillir avec lui”

– “Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre”

– “C’est cela l’amour, tout donner, tout sacrifier sans espoir de retour”

– “Pourquoi faudrait-il aimer rarement pour aimer beaucoup ?”

Camus et la peine de mort :

– “L’exécution capitale n’est pas simplement la mort. Elle est aussi différente, en son essence, de la privation de vie, que le camp de concentration l’est de la prison. Elle est un meurtre, sans doute, et qui paye arithmétiquement le meurtre commis. Mais elle ajoute à la mort un règlement, une préméditation publique et connue de la future victime, une organisation, enfin, qui est par elle-même une source de souffrances morales plus terribles que la mort. Il n’y a donc pas équivalence”

Les livres de notre partenaire

LA CHUTE
Albert Camus : La Chute
Acheter ce livre

 

Oeuvres d’Albert Camus :

7 Comments

  • Merci pour ces belles citations d’Albert Camus. J’avoue avoir été très touché par ces écrits (“La chute” notamment) quand j’étais lycéen. J’ai un peu perdu de vue son œuvre par la suite jusqu’à ce que je découvre deux ans plus tôt la “Préface à une vie d’écrivain” d’Alain Robbe-Grillet. Il était question de “L’étranger” et, d’après l’auteur de “Les gommes”, le principal grief qui a fait basculé le jury pour la condamnation à mort fut que Meursault a bu un café lors de l’embaumement de sa mère tout en posant la tasse sur le cercueil. J’aime la manière d’Albert Camus de poser les choses différemment, il a été pour moi une étincelle.

  • Pingback: La Chute de Camus
  • bonjour ! Tout d’abord bravo pour votre travail et votre partage !
    SI je peux me permettre, il serait bien que vous indiquiez l’oeuvre dont est tirée chaque citation … 🙂

    De plus, j’attends avec impatience un article sur La Peste qui mérite une sacrée analyse … En fait, je demande cela surtout pour comprendre et approfondir ce que veut Camus quand il dit que ce n’est pas parce qu’un mal est nécessaire qu’il est excusable…
    Quelqu’un peut m’aider ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment moderation is enabled. Your comment may take some time to appear.