La Violence en philosophie

La violence est un thème clé en philosophie politique. Physique ou symbolique, individuelle ou étatique, la violence est un concept protéiforme.

Le point commun de ces formes de violence est le suivant : toute violence repose sur la volonté de soumettre quelqu'un, contre sa volonté, par le recours à la force. La violence est donc une suspension de la légalité.

Si la plupart des penseurs rejettent la violence au nom du respect des individus (Sartre, Alain) ou du pacifisme (Kant, Derrida, Arendt), certains philosophes (Marx, Engels, Nietzsche, Hegel) ont souligné le rôle moteur de la violence dans l'avancée des sociétés ou des rapports humains :

Sur la violence au cinéma, voir Orange Mécanique de Stanley Kubrick.

Citations sur la violence

  • La violence n’est pas un moyen parmi d’autres d’atteindre la fin, mais le choix délibéré d’atteindre la fin par n’importe quel moyen (Sartre)
  • Un acte de justice et de douceur a souvent plus de pouvoir sur le cœur des hommes que la violence et la barbarie (Machiavel)
  • Un Etat est une communauté humaine qui revendique le monopole de l’usage légitime de la force physique sur un territoire donné (Weber)
  • Je m’oppose à la violence parce que lorsqu’elle semble produire le bien, le bien qui en résulte n’est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent (Gandhi)
  • Il ne serait pas exagéré de définir la violence comme une force faible (Jankélévitch)
  • Tous les États-nations naissent et se fondent dans la violence. Je crois cette vérité irrécusable. Sans même exhiber à ce sujet des spectacles atroces, il suffit de souligner une loi de structure : le moment de fondation, le moment instituteur est antérieur à la loi ou à la légitimité qu’il instaure. Il est donc hors la loi, et violent par là-même (Derrida)
  • Etre politique, vivre dans une polis, cela signifiait que toutes choses se décidaient par la parole et la persuasion et non par la force ni la violence (Arendt)
  • Il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale (Eliot)
Join the Conversation

13 Comments

  1. says: Camara

    La violence peut être aussi définir comme l’usage de ses moyens personnels contre le commun des autres

      1. says: Kouakou

        Que peut on opposer à la violence brutale, quand celle-ci est exercée sur le peuple qui entend désobéir à un état illégitime et illégal ?

  2. says: Grogui

    J’ai besoin d’arguments sur ça s’il vous plaît c’est urgent :

    Dans quelle mesure la philosophie aide à dire non à la violence

    S’il vous plaît vraiment urgent

  3. says: lafond

    Bonjour, au sujet de la violence quelqu’un serait répondre à ce sujet d’essai «  la culture parvient elle à contenir les tendances agressives de l’humanité? » je n’y arrive vraiment pas cette fois ci!
    merci d’avance:)

  4. says: Davila

    Mais si on posait la question de savoir si on peut plaider pour sa violence sans se contredire la réponse ou alors argumentation serai quoi?

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.