Le mythe du bon sauvage

Origine et utilisation du mythe du bon sauvage

On attribue souvent à Rousseau la paternité de ce mythe, qui aurait été développé dans son Discours sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes et l'Emile (traité sur l'Education).

Cette théorie du bon sauvage pose que l'état de nature, antérieur à la civilisation, est bon et naturel pour l'homme. Dans l'état de nature, l'homme serait heureux. La civilisation correspondrait à la chute de l'homme, une perversion de sa nature: L'homme naît bon, c'est la société qui le déprave selon Rousseau.

Dans l'état de nature, l'homme, ce bon sauvage, arrive à pourvoir à ses besoins puisqu'ils sont peu nombreux, il est libre et stupide. Sa morale se réduit à l'amour de soi-même (qui contrairement à l'amour propre) est un sentiment positif d'auto-conservation.

Pour autant, il ne faut pas voir dans ce mythe un cours d'histoire (comme le fera Voltaire), Rousseau l'utilise comme une fiction théorique, afin de savoir quelle est la nature profonde de l'homme.

Ce mythe sur la bonté de l'homme à l'état de nature sera illustré au cinéma par François Truffaut dans son film lEnfant Sauvage.

Join the Conversation

7 Comments

  1. says: zsa

    en sus de truffaut, vous auriez pu ajouter le Mythe de Kaspar Hauser de Werner Herzog, un bijou de philosophie

  2. says: 3DV4R

    Le film de Truffaut n’est basé sur un mythe quelconque mais pour uun cas reel—Victor de l?Aveyronainsi que celui de Kaspar Hauser. Le bon sauvage et les enfants sauvages retrouvés n est pas du tout la même histoire

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.