La Passion en philosophie

passion philosophie

Définition de la passion : de la passivité à l’action

La passion en philosophie est une notion centrale, qui renvoie à la conception de la subjectivité. Pour les philosophes de la liberté, la passion est une “maladie de l’âme” (Kant), pour les philosophes rationalistes (Platon, Descartes), elles brouillent le jugement et empêchent l’accès aux vérités. Alors que pour les Romantiques (Hegel, Schelling, Kierkegaard, Nietzsche, …), la passion intensifie la vie, est synonyme de libération.

Définitions générales de la notion de passion :

Du latin “passio”, action de supporter, de subir, de souffrir

Sens ancien : tous les phénomènes passifs de l’âme, c’est-à-dire tout ce qui est subi

Sens moderne : inclination non maîtrisable ; rupture de l’équilibre psychologique

Définitions particulières de philosophes :

Cicéron : “Zénon donne cette définition de la passion : la passion est un ébranlement de l’âme opposé à la droite raison et contre la nature” (citation de Cicéron)

Descartes : “On peut généralement nommer passions toutes les pensées qui sont excitées en l’âme sans le secours de la volonté, et par conséquent, sans aucune action qui vienne d’elle, par les seules impressions qui sont dans le cerveau, car tout ce qui n’est point action est passion” (Traité des Passions)

Spinoza : “J’entends par Affections du Corps par lesquelles la puissance d’agir de ce Corps est accrue ou diminuée, secondée ou réduite, et en même temps, les idées de ces Affections. Quand nous pouvons être la cause adéquate de quelqu’une de ces affections, j’entends donc par affection une action; dans les autres cas une passion” (Ethique)

Hume : “La passion est une émotion violente et sensible de l’esprit à l’apparition d’un bien ou d’un mal, ou d’un objet qui, par suite de la constitution primitive de nos facultés, est propre à exciter un appétit” (Traité de la nature humaine)

Kant : “L’inclination que la raison du sujet ne peut pas maîtriser ou n’y parvient qu’avec peine est passion” (Anthropologie du point de vue pragmatique)

Kant : “La passion se donne le temps et, aussi puissante qu’elle soit, elle réfléchit pour atteindre son but. La passion est comme un poison avalé ou une infirmité contractée ; elle a besoin d’un médecin qui soigne l’âme de l’intérieur ou de l’extérieur, qui sache pourtant prescrire le plus souvent des médicaments palliatifs” (Critique de la raison pratique)

Kierkegaard : “On a plus perdu, quand on a perdu sa passion que quand on s’est perdu dans sa passion” (Journal du Séducteur)

Hegel : “Rien de grand ne s’est accompli de grand dans le monde sans passion” (La raison dans l’histoire)

You may also like...

7 Responses

  1. cristallisation says:

    domage qu’on ait rien eu sur la cristallisation chez Stendhal, un très texte sur la passion amoureuse

  2. Rubens says:

    La philosophie aurait du être aujourd’hui encore, le vêtement de chaque individu… Dommage!

  3. Mustapha El haoudar says:

    La passion est le fait d’adorer quelque chose,en croyant que le bonheur s’obtient avec lui

  4. Anonymous says:

    Pas une seule définition “romantique”, dommage…

  5. on ne peut pas héros tant qu’on n’est pas passion.

  1. 09/11/2012

    […] aller plus loin, consultez les articles suivants sur les passions chez Descartes ou encore les définitions des passions en […]

  2. 07/12/2012

    […] “La passion est une existence primitive ou, si vous le voulez, un mode primitif […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *