Epitaphes Célèbres

Quelques fameux mots de la fin

Sophocle disait qu’une existence ne peut se dire réussie qu’au dernier jour de sa vie. Les épitaphes, ou mots de la fin, ou encore les derniers mots des grands hommes seraient donc une chose sérieuse, un révélateur pour les grands philosophes, au même titre que leurs citations.

Voyez par vous-même !

Quelques exemples d’épitaphes fameux :

Balzac : Huit jours avec la fièvre ! J’aurai encore eu le temps d’écrire un livre !

Kant : Es is gut (tout est bien)

Musset : Dormir, enfin je vais dormir !

Hobbes : Je dois franchir ce pas redoutable qui me conduira dans les ténèbres.

Rabelais : Tirez le rideau, la farce est terminée !

Montaigne : Ce n’est pas la mort que je crains, mais, de mourir.

Voltaire : Je m’arrêterais de mourir s’il me venait un bon mot ou une bonne idée.

Wilde : Je meurs vraiment au-dessus de mes moyens !

Marx : Dehors ! Les derniers mots sont pour les imbéciles qui n’ont rien dit de leur vivant !

Socrate : Criton, je dois un coq à Esculape. Souvenez-vous de payer ma dette.

Hugo : C’est ici le combat du jour et de la nuit

Diderot : Mais comment diable voulez-vous que cela puisse me nuire ?

Hobbes : Je suis sur le point de faire mon dernier voyage, ce grand saut dans l’obscurité.

Hume : Quand j’entends dire que l’homme est religieux, je conclus qu’il est une canaille !

Wittgenstein : Dites-leur que j’ai eu une vie merveilleuse.

Pascal : Que Dieu ne m’abandonne jamais

Racine : Je peux vous assurer qu’entre vivre ou de mourir, s’il en m’était donné la possibilité,  je ne saurais laquelle choisir.

 

You may also like...

1 Response

  1. Anonymous says:

    Excellent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *